Face à la polémique, Médine renonce à se produire au Bataclan

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Face à la polémique, Médine renonce à se produire au Bataclan

Publié le 21/09/2018 à 19:47 - Mise à jour à 19:48
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Aurélie MAYEMBO - Paris (AFP)

-A +A

Objet d'une intense polémique, le rappeur Médine, accusé notamment à droite de complaisance envers l'islamisme, a fini par annuler ses deux concerts prévus mi-octobre au Bataclan, touché en novembre 2015 par une attaque jihadiste.

Une décision prise, selon la salle, "par respect des victimes des attentats du 13 novembre 2015 et de leurs familles" et dans "une volonté d'apaisement".

Des mouvements d'extrême droite et des proches de victimes du Bataclan depuis plusieurs semaines à organiser des manifestations devant la mythique salle de concert, où 90 personnes ont été tuées.

"Certains groupes d'extrême droite ont prévu d'organiser des manifestations dont le but est de diviser, n'hésitant pas à manipuler et à raviver la douleur des familles des victimes", affirme le rappeur de 35 ans vendredi sur son compte Facebook.

"Par respect pour ces mêmes familles et pour garantir la sécurité de mon public, les concerts ne seront pas maintenus", dit-il, évoquant une "décision douloureuse". Les deux dates affichaient complet.

"Tout ce que je voulais faire c'était le Bataclan", écrit le rappeur à ses fans. Il leur donne rendez-vous le 9 février au Zénith, une salle plus grande où les deux concerts ont été reprogrammés.

"Cette provocation n'avait pas sa place dans cette salle, compte tenu de son histoire douloureuse", a commenté sur Twitter Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, saluant "une victoire pour toutes les victimes du terrorisme islamiste".

Sur la toile, les tenants de #PasdeMedineauBataclan et des proches de victimes ont également fait part de leur satisfaction.

L'un d'entre eux, Patrick Jardin, père de Nathalie, tuée le 13 novembre 2015, a remercié le rappeur et la salle de concert, qu'il qualifie de "sanctuaire", "d'avoir accepté de déplacer leur concert dans un autre endroit".

"Je ne suis pas facho (...) MAIS je refuserai toujours que Médine ou un autre vienne piétiner les corps de ma fille et des autres victimes au Bataclan", écrivait-il début septembre sur Twitter pour justifier ses positions.

- Salle de concert ou sanctuaire ? -

La programmation au Bataclan du rappeur havrais avait été dénoncée dès le mois de juin par des responsables politiques de droite et d'extrême droite.

En cause: certaines anciennes chansons du rappeur comme "Jihad" ou "Don't Laïk", considérées comme allant dans le sens des thèses jihadistes islamistes.

Dans ce dernier morceau sorti en janvier 2015, une semaine avant l'attentat de Charlie Hebdo, Médine s'attaquait à la laïcité avec des punchlines comme "Crucifions les laïcards comme à Golgotha" ou encore "je scie l'arbre de leur laïcité avant qu'on le mette en terre".

La polémique enflant, il avait contre-attaqué mi-juin. "Voilà 15 ans que je combats toutes formes de radicalisme dans mes albums", assurait-il, avant de s'en prendre à l'extrême droite. "Allons-nous (la) laisser dicter la programmation de nos salles de concerts voire plus généralement limiter notre liberté d'expression?"

L’avocat Philippe de Veulle dit avoir transmis jeudi "une demande d’enquête préliminaire" auprès du parquet de Paris en visant des faits d’"incitation à la haine, à la violence et aux discriminations" dans les textes du rappeur.

Il défend deux parties civiles de nationalité italienne dont une blessée par balle au Bataclan.

Après l'annulation des deux concerts de Médine, il a salué vendredi "une première victoire pour les souffrances des victimes et de leur ayant-droits, mais cela ne retire en rien ces propos outrageants qui ont un caractère violent et discriminatoire".

Cette polémique pose la question du statut du Bataclan: salle de spectacle comme les autres ou à l'inverse, sanctuaire? A sa réouverture, un an après l'attentat, ses patrons avaient clamé leur intention de ne pas faire un "mausolée" de ce lieu.

Au début de la controverse, Life for Paris, la principale association de victimes, était venue à la rescousse du Bataclan en soulignant que la salle "est complètement libre de sa programmation, sous contrôle de la préfecture de police de Paris".

Sur une tout autre ligne, l'association "13onze15 Fraternité Vérité", avait de son côté jugé que le Bataclan commettait "une faute" en programmant Médine.

Auteur(s): Par Aurélie MAYEMBO - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les concerts de Médine prévus les 19 et 20 octobre au Bataclan, objets d'une intense polémique, sont annulés et reportés au 9 février 2019 au Zénith

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-