Fashion Week de Paris: pour les femmes, la cravate est de mise

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Fashion Week de Paris: pour les femmes, la cravate est de mise

Publié le 28/02/2017 à 19:36 - Mise à jour à 19:49
© Patrick KOVARIK / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Les femmes vont devoir apprendre à nouer leur cravate: le vestiaire de l'homme s'est invité sur les podiums féminins de la Fashion Week parisienne, qui a débuté mardi avec les jeunes créateurs en attendant le défilé Saint Laurent dans la soirée.

- Cravates et boucles d'oreilles -

Nouveau-venu dans le programme de la Fashion Week, le trio français de Jour/Né a proposé des silhouettes piochant dans le vestiaire masculin et les uniformes d'écoliers pour cette collection automne-hiver 2017-2018.

La cravate se porte avec une veste de costume croisée, une minijupe et des chaussettes hautes, des chaussures de sport et de volumineuses boucles d'oreilles dorées.

Pour une tenue d'intérieur, la cravate, symbole d'émancipation porté par George Sand et Colette, accompagne une robe de chambre de dandy sur pantalon. Ou un gilet anthracite à rayures sur chemise blanche.

Dans le reste de la collection, le collier de perles se taille un franc succès. Cette icône du style bourgeois se noue à la taille et dégringole le long des hanches, ou s'accroche au cou d'un mannequin homme en pantalon de jogging bleu et veste rose.

- Cravates et fourrure -

Reflet d'une tendance actuelle au brouillage des genres dans les vestiaires, le costume-cravate tient la vedette chez Aalto. La tenue classique du businessman, noire à rayures, se porte avec une sorte de manchon de fourrure rouge. Le créateur finlandais Tuomas Merikoski soumet le costume à mille transformations et superpositions: "C'est une recherche de classicisme, un mix de valeurs sûres avec une énergie rebelle et punk parce que c'est important pour avancer", résume-t-il.

Chez la jeune griffe française Victoria/Tomas, la cravate fait corps avec une robe assortie, à motifs écossais, et se porte dénouée, pour plus de décontraction. La marque explique "prendre comme base les classiques de la garde-robe masculine en les adaptant au corps de la femme avec des éléments et des coupes féminines, pour une nouvelle approche du prêt-à-porter féminin moderne".

- La Parisienne de Paule Ka -

Chez Paule Ka, l'heure est à une féminité classique pour une collection inspirée par "le style français". "La femme française est celle qui a appris à toutes les femmes du monde à s'habiller", affirme l'Italo-Américaine Alithia Spuri-Zampetti, la directrice artistique.

Après le Japon la saison dernière, c'est Paris qui a inspiré la créatrice, pour une collection "à l'esprit habillé", où manteaux drapés en laine côtoient des robes du soir en dentelles. La corset se décline en version classique ou contemporaine sur des robes en néoprène.

"Il ne faut pas avoir peur, il ne faut pas se dire aujourd'hui la femme française est une fille portant des jeans, des t-shirts et des blazers", assure la créatrice.

- La mode "ambassadeur de la France" -

La ministre de la Culture Audrey Azoulay, qui a assisté à la présentation Paule Ka, a souligné l'importance de la mode pour le "rayonnement" de la France et la nécessité de préserver son patrimoine, objet d'une mission confiée à l'historien Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera.

"Certaines maisons de mode ont les moyens de s'occuper de leur patrimoine et le font de façon excellente. D'autres ont moins la possibilité de le faire, il y a matière à des recommandations, en terme de formation, d'éventuelle mises en commun, afin de garder la trace de ce patrimoine exceptionnel", a-t-elle expliqué à l'AFP.

"La mode est souvent le premier ambassadeur de la France dans le monde. Notre force n'est pas la production en série de choses recopiées, notre force c'est la création", a-t-elle dit.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Défilé Aalto, le 28 février 2017 à Paris.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-