A Fleury-Mérogis, 350 surveillants bloquent la plus grande prison d'Europe

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

A Fleury-Mérogis, 350 surveillants bloquent la plus grande prison d'Europe

Publié le 10/04/2017 à 22:40 - Mise à jour à 23:45
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Plus de 350 surveillants pénitentiaires ont bloqué durant quelques heures lundi soir la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne) pour protester contre la récente agression de six gardiens dans la plus grande prison d'Europe, minée par la surpopulation carcérale et le manque de personnels.

Munis de pancartes "Au feu, la pénit' brûle", "Surpopulation, sous-effectifs, danger" et certaines invitant les candidats à la présidentielle à leur rendre visite, les manifestants ont dressé des barricades à partir de 19H30 sur l'unique avenue qui mène à la prison, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les gendarmes mobiles sont intervenus peu après 22H00 et ont repoussé les manifestants, à l'aide de gaz lacrymogènes puis de leurs boucliers, qui avaient mis feu aux barricades, faites de palettes de bois et de pneus.

L'intervention s'est déroulée sans heurts notables, les manifestants se contentant d'entonner La Marseillaise et le slogan "L'Etat contre l'Etat" face aux avancées des gendarmes mobiles. L'accès à la prison a été dégagé peu après 23H00.

Un rendez-vous entre l'intersyndicale (Ufap-Unsa Justice, CGT Pénitentiaire, FO Pénitentiaire) de Fleury et la direction de l'administration pénitentiaire est prévu mardi à 14H00, ont précisé les syndicats, qui tiendront également dans la matinée une "marche des oubliés de la République" dans la ville de Fleury-Mérogis.

Ils réclament notamment une fouille générale de la prison, des effectifs supplémentaires et l'abrogation de la législation qui les oblige à justifier les fouilles à nu de détenus.

La maison d'arrêt est actuellement remplie à 180% de sa capacité. Elle accueille plus de 4.200 détenus et près de 150 postes de fonctionnaires sont vacants, selon les syndicats.

"La situation est juste intenable. Cette agression, c'est la goutte d'eau de trop", a estimé Olivier Legentil, du syndicat Ufap-Unsa Justice (majoritaire).

Jeudi, six gardiens de la prison ont été blessés par huit mineurs lors d'une altercation entre détenus qui a dégénéré en bagarre.

"Les détenus sont de plus en plus jeunes et de plus en plus violents", a confié à l'AFP une gradée en poste depuis 15 ans à Fleury, sous couvert d'anonymat. "S'ils n'ont pas ce qu'ils veulent de suite, ils frappent le premier surveillant qui passe".

Selon elle, la surpopulation attise les tensions et le sous-effectif les aggrave. "Ici, un surveillant gère une centaines de détenus. Faites ça dans un hôtel, vous verrez comment les clients vont réagir", peste-t-elle.

Selon M. Legentil, "il ne se passe pas une semaine sans agression sur le personnel à Fleury". Cette action devant la plus grande prison d'Europe traduit "un malaise général dans toute la pénitentiaire et surtout dans la région parisienne, où on est continuellement en manque d'effectifs", ajoute-t-il.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un manifestant devant un feu allumé près de la prison de Fleury-Mérogis, dans l'Essonne près de Paris, le 10 avril 2017

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-