Le burger supplante pour la première fois le jambon-beurre en France

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le burger supplante pour la première fois le jambon-beurre en France

Publié le 20/03/2018 à 06:32 - Mise à jour à 07:22
© THOMAS SAMSON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Les ventes de burger, présent désormais sur la carte de 85% des restaurants, dépassent pour la première fois en 2017 en France les ventes du traditionnel jambon-beurre, avec plus de 1,460 milliard d'unités vendues, selon le cabinet Gira Conseil.

"Cela fait trois ans qu'on parle d'euphorie, de folie pour le burger et là cette année on ne sait plus comment qualifier cet effet compresseur, c'est de l'hystérie: on enregistre pour 2017 1,460 milliards d'unités vendues, en croissance de 9%, une croissance phénoménale", explique à l'AFP Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil.

Le cabinet publie chaque année ce bilan à l'occasion du salon "sandwich & snack show", qui se tiendra les 4 et 5 avril Porte de Versailles à Paris.

Le burger a, selon M. Boutboul, cet atout "de réunir quatre produits que l'on consomme énormément en France: le pain, la viande, le fromage et la frite", avance-t-il pour expliquer cette "hystérie".

En 2016, "le burger et le jambon-beurre était au coude à coude mais pour la première fois, en 2017, le premier passe largement devant le second et tout ça est emmené par le service à table", précise M. Boutboul.

La restauration rapide "ne vend que 30% des burgers, le service à table fait en 2017 un raz-de marrée avec 70%. On se demande si le burger n'est pas en train de remplacer en France notre fameux steak-frites?", s'interroge M. Boutboul.

Pour la troisième année consécutive, le jambon-beurre perd des parts de marché: 1,215 milliards d'unités ont été vendues mais il représente toujours 50,8% des sandwichs vendus (contre 65% de part de marché il y a 10 ans).

"Il est attaqué par les pains qui ne sont pas de la baguette tels que le pain de mie, le pain polaire, aux céréales des bagels, mais aussi le pain fait avec de la pâte à choux etc", explique M. Boutboul.

Le prix moyen du jambon-beurre s'est établi en 2017 à 2,94 euros (+0,38%). Paris reste la ville où on trouve le jambon-beurre le plus cher avec un prix de 4 euros en moyenne (+14,94%), suivi de Lyon et Bordeaux à égalité (3,34 euros).

La ville où il est le moins cher est Tulle qui l'affiche à 2,48 euros, selon les chiffres du cabinet Gira Conseil.

Le sandwich, au global, s'est vendu en 2017 à 2,4 milliards d'unités, enregistrant une croissance de 1,7%. Il pèse à lui seul 8,67 milliards d'euros, soit 17% du marché de la restauration rapide.

- Restauration rapide "gastronomique" -

Plus généralement, la restauration rapide "bat record sur record", selon Gira Conseil.

Ce segment "atteint les 51 milliards d'euros, en hausse de 6% par rapport à 2016, +13% sur les quatre dernières années et +260% sur 13 ans, c'est l'euphorie, on n'avait pas vu une telle croissance depuis un petit moment", s'exclame Bernard Boutboul.

La restauration rapide "est passée au dessus du service à table car elle représente 60% de la restauration, et pourtant le service à table se porte bien", ajoute-t-il.

"On vit en France une disparition du fast-food, de la malbouffe, l'arrivée d'une certaine montée en gamme depuis plusieurs années, du fait-maison avec des produits bruts, à des prix assez élevés", dit-il.

"Même les Américains regardent ce qu'on est en train de faire sur cette restauration rapide +gastronomique+, car ils n'ont chez eux pas autant de diversification dans ce segment de restauration", affirme le directeur du cabinet.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un burger du restaurant Big Fernand, le 18 mars 2015 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-