Grosse chaleur et haute sécurité pour la Fête de la musique

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Grosse chaleur et haute sécurité pour la Fête de la musique

Publié le 20/06/2017 à 15:56 - Mise à jour à 19:15
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

La 36e Fête de la musique, sous forte chaleur et haute sécurité en raison des risques d'attentats, accueille mercredi des dizaines de milliers d'événements gratuits dans toute la France et s'invitera aussi dans 120 pays à travers le monde.

Selon le ministère de l'Intérieur, pour cette 36e édition, 48.000 policiers et gendarmes, auxquels s'ajoutent les militaires de l'opération "Sentinelle" seront déployés à travers toute la France.

Deux jours après un attentat raté, lundi sur les Champs-Elysées, au cours duquel un homme radicalisé a trouvé la mort en fonçant contre un véhicule des gendarmes mobiles, "il s'agira, pour les forces de l'ordre, de garantir une présence visible et régulière, ainsi qu'une capacité permanente d'intervention", a précisé la place Beauvau, dans un communiqué.

La sécurité des concerts organisés à travers la France a "donné lieu à une préparation particulière dans le cadre des instructions relatives à la sécurisation des événements festifs et culturels", a dit l'Intérieur.

Côté musique, pour sa première fête en tant que ministre de la Culture, Françoise Nyssen a choisi "de ne pas définir de thème, laissant chacun libre de l'interpréter à sa façon".

Du rock, de la pop, du rap, du jazz, du classique, de la chorale, des dj set... Cette année, il y en aura encore pour tous les goûts dans les rues de France, que ce soit dans le cadre de concerts amateurs sur le trottoir ou de spectacles sur scène avec des stars.

Populaire n'est pas un vain mot pour qualifier la manifestation, comme le démontre l'étude réalisée par le ministère de la Culture avec l'institut Ipsos sur "la perception par les Français de la Fête de la Musique". Deux tiers des sondés affirment vouloir y participer.

- 'Rituel' -

Pour Jack Lang, qui a créé cette fête en 1982, cet "événement pas comme les autres est devenu un rituel". "On touche du bois, il n'y a jamais eu d'incident, jamais eu de violences. Les gens se respectent, ils aiment à se retrouver", dit l'ex-ministre.

Comme l'an passé, du fait du maintien de l'état d'urgence en vigueur depuis les attentats de novembre 2015, certains spectacles habituels n'auront pas lieu, notamment les concerts dans la capitale sur les places Denfert-Rochereau et de la Bastille.

Cependant, les Parisiens pourront se retrouver dans de nombreuses autres manifestations, comme à l'Hôtel Matignon, où plusieurs artistes joueront dans la Cour d'honneur, dont le vétéran du rock Little Bob.

Au Palais Royal, le ministère de la Culture accueillera des musiciens amateurs et des artistes confirmés comme le Nigérian Tony Allen, figure de l'afrobeat.

A Toulouse, la place du Capitole sera bondée pour accueillir le traditionnel concert diffusé par France 2. La ville a dit avoir distribué 17.000 badges, soit 1.000 de plus que l'an passé. Environ 200.000 demandes avaient été faites. Julien Clerc, Julien Doré, Christophe Willem, Texas, Calogero, Soprano, Matt Pokora, Nolwenn Leroy et bien d'autres se succèderont au coeur de la ville rose.

"Cette année, la sécurité est encore plus rigoureuse", a indiqué Philippe Vilamitjana, le producteur de l'émission, en précisant que tous les badges étaient nominatifs.

A Marseille, plage Borély, une grande soirée électro rassemblera des dj internationaux autour du Français Martin Solveig.

Pour ceux qui tiennent à aller dans une salle de concert, en espérant qu'il y fasse moins chaud, l'Olympia accueillera une soirée France Inter, avec -M- et son projet Lamomali, Gaël Faye, Fishbach, Juliette Armanet ou encore les Britanniques The Charlatans.

A l'international, la Fête de la musique fera aussi danser dans 862 villes, notamment en Chine où elle est présente depuis déjà dix ans.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des musiciens jouent dans les rues de Paris lors de la Fête de la musique, le 21 juin 2016.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-