Harcèlement scolaire: plus facile qu'avant d'en parler, selon Brigitte Macron

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Harcèlement scolaire: plus facile qu'avant d'en parler, selon Brigitte Macron

Publié le 15/11/2018 à 17:28 - Mise à jour à 17:40
© Bertrand GUAY / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Il est plus facile aujourd'hui de parler du harcèlement scolaire, a affirmé jeudi Brigitte Macron, l'épouse du chef de l'État, rappelant qu'il y avait auparavant "une forme d'omerta" sur le sujet.

Lors d'un déplacement au collège des Petits Ponts à Clamart (Hauts-de-Seine), destiné à sensibiliser les jeunes contre ce fléau, Mme Macron a déclaré devant la presse: "Avant (...) il y avait une forme d'omerta, on n'avait pas le droit de dire, il ne fallait pas. Maintenant c'est possible".

"On peut dire, maintenant", a insisté l'ancienne professeure de français, accompagnée du ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer et de la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa.

Un collectif du lycée Louis-Bascan de Rambouillet (Yvelines), répondant au nom de "Team anti-harcèlement" et constitué principalement de lycéens âgés de 16 ou 17 ans, était également présent pour parler aux plus jeunes.

"Au bout d'un moment, même si on sature, on sait qu'on peut lutter contre (le harcèlement)", a expliqué Fatou, élève de terminale. "N'ayez pas peur des représailles, parce qu'une fois que vous en avez parlé, vous êtes protégés", a-t-elle ajouté devant le groupe d'élèves du collège des Petits Ponts.

Selon plusieurs enquêtes, le harcèlement toucherait 10% des élèves à l'école primaire (entre 6 et 11 ans), 6% des collégiens (jusqu'à 15 ans) et 1,4% des lycéens.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Brigitte Macron lors d'un déplacement d'un lycée à Clamart sur le thème du harcèlement scolaire, le 15 novembre 2018

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-