Intrusion à la centrale nucléaire de Cattenom: Greenpeace sera jugée

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Intrusion à la centrale nucléaire de Cattenom: Greenpeace sera jugée

Publié le 22/11/2017 à 15:24 - Mise à jour à 17:45
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Le directeur général de Greenpeace France comparaîtra le 3 janvier devant le tribunal correctionnel de Thionville (Moselle) avec huit militants qui se sont introduits en octobre sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

Poursuivis pour "intrusion en réunion et avec dégradation dans l'enceinte d'une installation civile abritant des matières nucléaires", ils encourent cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende, a précisé à l'AFP la procureure de la république à Thionville, Christelle Dumont.

L'ONG a précisé à l'AFP que le directeur général, Jean-François Julliard, serait "jugé en tant que représentant de Greenpeace". "C'est Greenpeace France qui sera jugée", en tant qu'organisation, a-t-elle ajouté.

M. Julliard comparaîtra avec huit militants qui ont été interpellés le 12 octobre à l'aube, huit minutes après avoir pénétré dans la centrale nucléaire pour alerter sur la vulnérabilité des sites nucléaires.

La convocation de M. Julliard devant le tribunal correctionnel lui a été signifiée mardi à l'issue de son audition par la gendarmerie, a précisé Greenpeace France.

Les activistes ont filmé le feu d'artifice qu'ils ont tiré au pied de la centrale et diffusé la vidéo sur le compte Twitter de Greenpeace.

Si Greenpeace affirme avoir été tout près du bâtiment abritant la piscine à combustibles, la préfecture et EDF ont soutenu que les militants n'avaient pas accédé à la zone nucléaire.

Le directeur adjoint du parc nucléaire d’EDF, Olivier Lamarre, avait qualifié les militants d'"irresponsables" car ils ont joué avec leur vie pour "une opération de communication".

Selon lui, Greenpeace "n'a rien démontré, sinon que le dispositif de sécurité a fonctionné parfaitement".

La ministre de l'Environnement du Luxembourg, distant d'une dizaine de km de Cattenom, Carole Dieschbourg, s'était alarmée des "lacunes flagrantes" de la sécurité des accès à la centrale.

Les autorités du Grand-Duché ont réclamé à la France "une enquête détaillée qui devra éclairer les circonstances de cet incident".

L'action de Greenpeace est intervenue quelques jours après la remise d'un rapport d'experts mandatés par l'ONG sur la capacité de résistance des piscines d'entreposage des combustibles nucléaires usés en France et dans les centrales belges de Doel et Tihange.

Ils ont pointé du doigt ces piscines, qui peuvent contenir plus de combustibles que les cœurs des réacteurs, mais qui ne sont pas protégées comme ces derniers par des enceintes de confinement renforcées.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La centrale nucléaire de Cattenom, en Moselle, le 17 août 2013.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-