La dépression a progressé en France ces dernières années

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

La dépression a progressé en France ces dernières années

Publié le 16/10/2018 à 00:01 - Mise à jour à 11:42
© TIMOTHY A. CLARY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

La dépression a progressé en France entre 2010 et 2017, en particulier chez les femmes, les chômeurs, les étudiants, les faibles revenus et les moins de 45 ans, relève une étude de Santé publique France publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) mardi.

A partir d'un questionnaire auprès de 25.319 personnes par téléphone et informatique (baromètre santé) l'agence sanitaire conclut qu'"en 2017, près d'un adulte de 18 à 75 ans sur dix avait déclaré avoir vécu un épisode dépressif caractérisé ayant eu un retentissement sur ses activités habituelles au cours des 12 derniers mois".

L'épisode dépressif caractérisé ou EDC ne correspond en rien à la "déprime" passagère qui peut gagner tout un chacun, il répond à des critères précis tels qu'une période de 15 jours au moins de tristesse ou de perte d'intérêt associée à au moins trois facteurs secondaires (baisse ou augmentation du poids, difficultés de sommeil, pensées morbides etc.).

Au total, 9,8% des 18-75 ans ont connu un tel épisode en 2017. "C'est deux points de plus par rapport à 2010, après une période de stabilité entre 2005 et 2010", note le BEH.

Le trouble touche deux fois plus les femmes (13%) que les hommes (6,4%), une différence qui peut s'expliquer par la différence des positions sociales selon le sexe ou par le fait que les hommes sont moins enclins à admettre une dépression.

Les personnes aux plus faibles revenus sont les plus exposées, avec une augmentation de 3 points entre 2010 et 2017. La dépression augmente le plus chez les 35-44 ans (+4,4 points) et les étudiants (+4 points).

"En concordance avec les études internationales, ce sont donc le sexe féminin, l'inactivité professionnelle, le faible niveau de revenus, les ruptures conjugales et l'âge inférieur à 45 ans qui sont positivement liés à la survenue d'un épisode dépressif", note l'étude.

Les troubles dépressifs sont responsables de 35 à 45% des arrêts de travail, et le BEH s'est penché sur les données recueillies auprès de 14.520 actifs.

Environ 8,2% d'entre eux ont connu un épisode dépressif, les femmes étant toujours deux fois plus touchées que les hommes (11,4% contre 5,3%). Chez les hommes, le taux varie fortement en fonction du secteur d'activité: les plus touchés sont l'hébergement et la restauration, les activités financières et l'assurance.

Chez les hommes comme chez les femmes, le fait d'avoir été victime de menaces verbales ou physiques augmente le risque de présenter une dépression, tout comme la peur de perdre son emploi.

Dans une autre étude, Santé publique France note une augmentation du recours aux soins pour les troubles anxieux de 2010 à 2014: 1,3 million de patients ont été pris en charge dans un établissement autorisé en psychiatrie, soit une hausse de 3,7% chez les hommes et 3,6% chez les femmes. Les prises en charge sont les plus élevées au regard de la population dans la moitié nord de la France: Bretagne, Normandie, Hauts-de-France et Grand Est.

L'Agence pointe "l'inquiétant désengagement de l'industrie pharmaceutique des troubles psychiques, alors que 30% des patients ne répondent pas aux antidépresseurs".

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La dépression a progressé en France entre 2010 et 2017, en particulier chez les femmes, les chômeurs, les étudiants, les faibles revenus et les moins de 45 ans

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-