La police défend de nouveau le LBD après un autre incident à Paris

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

La police défend de nouveau le LBD après un autre incident à Paris

Publié le 03/03/2019 à 14:53 - Mise à jour le 04/03/2019 à 06:55
© Zakaria ABDELKAFI / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

Le préfet de police de Paris a de nouveau justifié dimanche l'usage du lanceur de balles de défense (LBD) dans les manifestations de "gilets jaunes", au lendemain d'une nouvelle blessure au visage d'un homme avec cette arme en marge du défilé parisien.

Cette blessure, dont les circonstances restent à éclaircir et qui fait l'objet d'une enquête confiée par le parquet à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), est intervenue alors qu'il "y a eu quatre tirs de LBD seulement" samedi lors de l'acte 16 des "gilets jaunes", a indiqué sur BFMTV le préfet Michel Delpuech.

"Dès que j'aurai, et ce sera le cas (dimanche) après-midi, le rapport détaillé sur les circonstances de l'événement, je le transmettrai bien sûr à l'IGPN et je verrai en interne (...) les initiatives à prendre si la règle de droit n'a pas été respectée", a-t-il précisé.

Le blessé, un homme de 41 ans possiblement étranger à la manifestation, a été transporté samedi par les pompiers à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière où il a été subi plusieurs points de suture, a appris l'AFP dimanche auprès du parquet de Paris.

Depuis le début de ce mouvement de contestation inédit, la "police des polices" est saisie "d'une centaine de cas" d'accusations de violences policières. "A l'heure où je vous parle, il n'y a eu encore aucune sanction engagée. Ca ne veut pas dire qu'il n'y en aura pas", a déclaré M. Delpuech.

Selon le préfet de police, les forces de l'ordre ont "absolument besoin" du LBD en raison du "contexte" de violences et "d'émeutes urbaines".

Cette arme dite "intermédiaire" est l'objet de vives controverses en France pour le nombre de blessés graves qu'elle a provoqués depuis le début du mouvement social, et plusieurs institutions ont demandé sa suspension.

Depuis la mi-novembre, les forces de l'ordre ont procédé à "près de 2.800 interpellations dans la capitale", en majorité de "+gilets jaunes+ classiques", des "gens qui sur le pavé parisien se laissent aller par désinhibition, par mimétisme", a-t-il dit.

Samedi, 38 personnes ont été interpellées à Paris, selon la préfecture de police et le parquet.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le préfet de police de Paris a de nouveau justifié dimanche l'usage du lanceur de balles de défense (LBD) dans les manifestations de "gilets jaunes".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-