L'Académie française prête à accepter la féminisation des noms de métiers

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

L'Académie française prête à accepter la féminisation des noms de métiers

Publié le 21/02/2019 à 13:20 - Mise à jour à 13:26
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Préfète, informaticienne, procureure, auteure ou autrice... L'Académie française s'apprête à reconnaître l'utilisation du féminin pour les noms de métiers après avoir longtemps refusé de céder sur ce sujet, rapporte L'Express sur son site internet.

"L'Académie française s'est rendu compte qu'il existait un véritable malaise: comment aujourd'hui nommer les métiers, les grades; les titres et les fonctions des femmes ?", a expliqué jeudi l'académicienne Dominique Bona dans un entretien à Libération.

Une commission présidée par Gabriel de Broglie et composée de Danièle Sallenave, Michael Edwards et Dominique Bona doit publier un rapport sur ce sujet "dans les prochains jours". Ce document sera soumis au vote des académiciens fin février ou début mars.

Patrick Grainville qui devait être reçu officiellement sous la Coupole ce jeudi après-midi a déjà fait savoir qu'il était favorable à la féminisation des noms de métiers.

"La mission de l'Académie, c'est de donner un avis sur le bon usage, qui n'est pas le même que du temps de Richelieu, non plus que celui de Maurice Druon, époque à laquelle remonte le dernier avis de l'Académie sur ce sujet", a expliqué Dominique Bona.

L'Académie a longtemps ferraillé contre la féminisation des noms de métiers, condamnant notamment l'expression "Madame la ministre" pour lui préférer "Madame le ministre". Hélène Carrère d'Encausse insiste pour se faire nommer "Madame le secrétaire perpétuel".

Dans un texte publié en 2014, l'Académie française stipulait encore qu'elle rejetait "un esprit de système qui tend à imposer, parfois contre le vœu des intéressées, des formes telles que professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes".

En dehors de la France, plusieurs pays francophones ont, depuis plusieurs années, déjà intégré la féminisation des noms de métiers.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'académicienne Dominique Bona photographiée le 23 octobre 2014 dans la bibliothèque de l'Académie française à Paris

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-