Le château de Cadillac peut enfin accueillir Henri IV, le temps d'une expo

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Le château de Cadillac peut enfin accueillir Henri IV, le temps d'une expo

Publié le 12/06/2019 à 12:26 - Mise à jour à 15:52
© GEORGES GOBET / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Alexandra LESIEUR - Cadillac (France) (AFP)
-A +A

Henri IV n'a pas eu le temps de venir au château ducal de Cadillac, toujours en construction lors de son assassinat en 1610. Grâce aux collections du château de Versailles, il s'y installe pour l'été avec une exposition sur la vie de ce roi et la construction de sa légende.

Dans le sud de la Gironde, le bourg de Cadillac est surtout connu pour ses vignobles Côtes de Bordeaux qui longent la rive droite de la Garonne, et son hôpital psychiatrique.

Mais l'exposition "Henri IV, un roi dans l'Histoire", redonne jusqu'au 29 septembre tout son lustre à son château, grâce au septième partenariat entre le Centre des monuments nationaux et Versailles qui prête une cinquantaine d’œuvres, dont la très grande majorité ont été sorties des réserves et restaurées.

"Notre mission, c'est d'ouvrir Versailles sans forcément être obligé d'y venir, surtout pour des lieux qui manquent de collections (...) C'est l'occasion de restaurer des œuvres et de les faire revivre", souligne Catherine Pégard, présidente de l'établissement public du château de Versailles.

Au château de Cadillac, bâti par le duc d'Epernon, tableaux, sculptures et objets d'art occupent le rez-de-chaussée de ce monument pillé à la révolution, n'offrant aujourd'hui au regard que des cheminées monumentales et quelques tapisseries.

Toutes les huiles sur bois ont été restaurées, comme ce portrait d'"Henri IV enfant" dont "on ne voyait plus les détails, la profondeur du tableau, du fait de son encrassement", explique un des commissaires de l'exposition, Lionel Arsac.

Quant au portrait restauré de son cousin Charles IX, "c'est une des plus belles œuvres de l'exposition, redécouverte lors de sa restauration", selon ce conservateur du patrimoine à Versailles qui met en avant la qualité et la finesse de cette peinture.

- Sortir des chefs d’œuvre de l'oubli -

Outre les portraits de ses proches, la vie du roi (1553-1610) est relatée à travers des faits historiques comme cette gravure de Gaspar Bouttats sur la Saint-Barthélemy, les batailles d'Arques et d'Ivry, et son assassinat, illustré par une gravure montrant son carrosse dans lequel se trouvait aussi le duc d'Epernon, bras droit de Henri III avant d'être écarté du pouvoir par Henri IV.

Le roi bâtisseur est également évoqué grâce à une gravure du XVIIe siècle du château neuf de Saint-Germain-en-Laye, dont les jardins en terrasse descendaient jusqu'à la Seine. Ou encore un Henri IV empereur antique avec laurier sur la tête et cuirasse. Son contemporain Tremblay a réalisé ce buste en marbre blanc qui a été sorti de l'oubli et pourrait être exposé au château de Versailles de façon permanente.

Plus largement, cette exposition permet aussi de donner un coup de projecteur sur la double histoire du château qui a vu passer Molière, Louis XIV, Mazarin... et des milliers de femmes emprisonnées de 1820 à 1952.

"Château ducal et château prison", comme le rappelle son administrateur Olivier du Payrat, il mêle les deux passés. "Le château a été construit à la gloire d'Henri III" par "Epernon qui est à Henri III ce que Sully est à Henri IV", explique-t-il, en montrant un buste de Henri III sur la cheminée d'un ancien dortoir pour femmes ou encore ces "cages à poules", récemment ouvertes au public, où étaient emprisonnées les mineures.

L'exposition se déroule dans la chapelle, la sacristie et l'infirmerie de ce château qui fut la première prison pour femmes en France. Elle se termine par les successeurs du "bon roi Henri" qui ont voulu s'emparer de son image, surtout en période de contestation.

Elle va des petits profils en ivoire de Henri IV et de Sully réalisés par Louis XV à une réduction, ayant appartenu à Louis XVIII, de la célèbre statue équestre en bronze du monarque figurant sur le Pont Neuf, qu'il a fait construire à Paris.

Cette fois-ci, la couleur du cheval d'Henri IV est vert foncé.

Auteur(s): Par Alexandra LESIEUR - Cadillac (France) (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le château de Cadillac, le 12 juin 2019

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-