Le Conseil de l'Europe épingle la France pour la surpopulation carcérale et les conditions de détention

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Le Conseil de l'Europe épingle la France pour la surpopulation carcérale et les conditions de détention

Publié le 24/06/2021 à 10:41 - Mise à jour à 10:42
© REMY GABALDA / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Strasbourg
-A +A

Le Conseil de l'Europe, vigie des droits de l'homme sur le continent, s'est dit "vivement préoccupé" jeudi dans un rapport sur la France par les "conditions matérielles de détention" dans certains commissariats et la "surpopulation carcérale".

Ce rapport fait suite à la septième visite d'une délégation du Comité pour la prévention de la torture (CPT) du Conseil, menée en décembre 2019 dans douze établissements de police et de gendarmerie, quatre prisons ainsi qu'au sein de l'établissement de soins psychiatriques de Cadillac (Gironde).

Dans son compte rendu, le CPT se dit "vivement préoccupé" par les "conditions matérielles de détention" dans certains commissariats, "la surpopulation carcérale" et "l'insuffisance de places en psychiatrie pour les personnes en soin sans consentement".

"Comme lors des précédentes visites, la grande majorité des personnes rencontrées (...), tant dans les postes de police et gendarmerie que dans les maisons d'arrêt (...) n'ont fait aucune allégation de mauvais traitements physiques", selon le rapport.

Toutefois, le Comité dit avoir recueilli des allégations "d'insultes, y compris à caractère raciste, homophobe ou transphobe, de la part de policiers", ainsi que "des menaces proférées avec arme".

"Un nombre non négligeable de personnes, y compris des mineurs, ont indiqué avoir reçu des coups volontaires (...) lors de l'interpellation une fois immobilisées", relève encore le CPT.

Il mentionne notamment le cas d'une "personne à mobilité réduite" affirmant avoir lors d'une garde à vue à Lille "été poussée de son fauteuil roulant, menottée dans le dos, traÏnée sur le sol jusqu'à une cellule et frappée par des policiers".

"Les vidéos consultées par la délégation corroboraient ces allégations", précise le CPT, selon lequel un "message de +tolérance zéro+ des mauvais traitements devrait être rappelé régulièrement à l'ensemble des forces de l'ordre".

Les deux derniers rapports du CPT sur la France, en 2012 et 2017, étaient déjà assez critiques.

"Les autorités françaises ne tolèrent pas la moindre violence inappropriée des forces de l'ordre" et si "de tels actes" se produisent, ils sont "systématiquement condamnés", insiste le gouvernement français dans ses réponses au rapport.

Le "message de +tolérance zéro+ des mauvais traitements est régulièrement rappelé aux forces de l'ordre et continuera de l'être", poursuit le gouvernement, tout en rappelant que "la force physique et parfois violente opposée au policier par une personne" peut nécessiter "des gestes destinés à protéger (l'agent), voire la personne elle-même".

Auteur(s): Par AFP - Strasbourg

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Gardien à la prison de Carcassonne le 9 juin 2017

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-