Le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues relaxé d'injures envers des policiers

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues relaxé d'injures envers des policiers

Publié le 06/04/2021 à 14:49 - Mise à jour à 14:50
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

Jugé pour "injures publiques" après avoir traité en ligne des policiers de "bande de nazis", le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues a été relaxé mardi par le tribunal judiciaire de Paris.

Selon le tribunal, les propos incriminés ne "visaient non l'ensemble des policiers mais les méthodes de certains d'entre eux", en l’occurrence des membres du syndicat Synergie-officiers.

Il est "patent que les propos incriminés sont intervenus dans le cadre d'un conflit récurrent alimenté sur le réseau social Twitter entre Jérôme Rodrigues (...) et le syndicat de policiers Synergie-officiers", a estimé le tribunal.

Ce syndicat, a souligné le tribunal, "ne se confondant pas avec l'administration publique qu'est la police nationale".

Jérôme Rodrigues, éborgné par un tir de grenade lors d'une manifestation en janvier 2019, avait reconnu avoir publié sur Twitter, en septembre 2020, le message "c'est clair bande de nazis que vous irez ouvrir le camp de concentration disponible au nord-est de Paris, celui que vous tentez de cacher aux médias".

Ces mots avaient entraîné le dépôt d'une plainte de la part du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui avait dénoncé des propos "ignobles" et affirmé sa volonté de "défendre l'honneur de tous les policiers".

Figure parmi les plus connues du mouvement des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues a perdu un oeil lors d'une manifestation le 26 janvier 2019, alors qu'il était en train de filmer l'arrivée du cortège place de la Bastille à Paris.

Deux policiers ont été mis en examen le 14 janvier dernier, l'un pour "violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente" et l'autre pour "violences volontaires aggravées" dans le cadre de cette affaire.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues, pose lors d'une session photo à Paris le 6 février 2019

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-