Le procès Charlie a repris jeudi après une nouvelle suspension de quelques heures

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Le procès Charlie a repris jeudi après une nouvelle suspension de quelques heures

Publié le 03/12/2020 à 09:15 - Mise à jour à 15:44
©DR
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Le procès des attentats de janvier 2015, de nouveau suspendu quelques heures jeudi en raison de l'état de santé du principal accusé, a finalement repris dans l'après-midi, les examens effectués à l'hôpital n'ayant pas mis en lumière de "problème particulier".

"Ce qui ressort de l'ensemble, c'est que jusqu'à ce matin, il n'y a pas de problème particulier, outre ce problème de régurgitations", a souligné le président de la cour d'assises spéciale de Paris Régis de Jorna, en présence de l'accusé, Ali Riza Polat.

"On est quand même rassuré dans la mesure ou vous n'avez pas été hospitalisé à l'issue de la consultation", a poursuivi le président, en précisant qu'"aucun traitement particulier" n'avait été donné à l'accusé, qui dit souffrir de nausées.

Régis de Jorna avait décidé jeudi matin de suspendre l'audience jusqu'en début d'après-midi, en estimant que M. Polat, qui a passé la nuit en auscultation à l'hôpital Cochin après s'être à nouveau plaint de maux de ventre, n'était "pas en mesure de suivre" le procès.

M. de Jorna avait en revanche exclu une nouvelle suspension, en l'absence de contre-indication médicale.

Ali Riza Polat, seul des accusés présents devant les assises spéciales à être jugé pour "complicité" de crimes terroristes, a été testé positif au Covid-19 le 31 octobre en compagnie de deux de ses coaccusés, entraînant une interruption des débats.

Cette suspension a été prolongée à plusieurs reprises, ce Franco-turc de 35 ans étant victime de troubles digestifs persistants. Une expertise médicale a fini par conclure qu'il était "apte" à assister au procès, en précisant qu'il refusait de prendre son traitement anti-vomitif.

"Vous dites que je prends pas le traitement, c'est faux! Le traitement je le prends en cachette!", a protesté jeudi Ali Riza Polat, assurant avoir demandé dans la nuit à l'hôpital d'être définitivement soigné pour ses nausées: "j'ai dit +piquez-moi tout ce que vous voulez+, je m'en fous!"

Mercredi, M. Polat a multiplié les interventions intempestives durant l'audience, contestant le diagnostic des médecins et invectivant la cour, tout en crachant en permanence dans une bassine posée à ses pieds. Ces incidents ont finalement conduit à son expulsion.

Désormais, "vous n'aurez plus la parole jusqu'aux derniers mots des accusés", a tancé jeudi Régis de Jorna, qui a prévenu qu'il entendait mener le procès "jusqu'au bout".

"Tout abus de langage, toute insulte, tout mot déplacé, ce sera une expulsion. C'est clair et c'est net", a prévenu le magistrat, avant de céder la parole aux avocats de parties civiles pour la suite de leurs plaidoiries.

Quatorze personnes au total sont jugées par la cour d'assises spéciale, dont trois en leur absence. Elles sont accusées à des degrés divers de soutien aux auteurs des attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et de l'Hyper Cacher, qui ont fait 17 morts.

Le procès, qui s'est ouvert le 2 septembre, devait initialement prendre fin le 10 novembre. Avec le nouveau calendrier, les réquisitions doivent intervenir les 7 et 8 décembre, et le verdict le 16 décembre.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


France-Soir

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-