Le projet de loi recherche adopté dans un climat de défiance

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le projet de loi recherche adopté dans un climat de défiance

Publié le 22/07/2020 à 15:45 - Mise à jour à 17:18
© Christophe Ena / POOL/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Juliette COLLEN - Paris (AFP)

-A +A

Maintes fois repoussé, le projet de loi sur la recherche, qui prévoit un investissement inédit pour redonner du souffle au système, a été adopté mercredi en Conseil des ministres sur fond de vive contestation contre une réforme jugée en trompe-l'oeil.

"Jamais depuis la fin de la deuxième guerre mondiale un gouvernement n'a réalisé un tel investissement dans la recherche", avec une prévision budgétaire de 25 milliards d'euros sur 10 ans, a fait valoir la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, à l'issue du Conseil des ministres.

Fruit de 18 mois de discussions et d'auditions, plusieurs fois reportée, la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) avait été lancée par Edouard Philippe en février 2019. Elle doit désormais être débattue au Parlement en septembre.

Son ambition: donner du "temps, de la visibilité et des moyens" à un système fragilisé par un déficit chronique d'investissement, et remettre la France sur les rails de la compétition scientifique mondiale.

Les 25 milliards d'euros doivent être injectés par étapes sur les dix prochaines années via une montée en charge progressive: 400 millions en 2021, 800 millions en 2022, 1,2 milliard en 2023... Avec l'objectif, en 2030, d'un budget annuel de 20 milliards d'euros par an, soit 5 milliards de plus qu'actuellement.

Cela doit permettre au budget de la recherche publique d'atteindre 1% du PIB, niveau auquel le pays s'est engagé il y a 20 ans.

Mais les opposants à la LPPR dénoncent une réforme en "trompe-l'oeil" faisant peser l'essentiel des efforts budgétaires sur les quinquennats suivants. Le seul financement "garanti" est l'enveloppe de 400 millions d'euros l'an prochain, soit 100 millions de moins qu'en 2020, soulignent-ils.

Très attendue après des décennies de coupes claires, la LPPR a déclenché une vague de protestation sans précédent dans le monde universitaire et scientifique, où syndicats et collectifs ont multiplié les actions (rassemblements, pétitions, démissions, journées "facs mortes"...), et envoyé plusieurs milliers de personnes dans la rue début mars pour demander le retrait d'un projet "inique".

- "A marche forcée" -

"Alors que le chef de l'Etat avait annoncé en mars la suspension des réformes en raison de la pandémie mondiale, la ministre de la Recherche continue de porter à marche forcée un projet de loi qui ne cesse de susciter de nouvelles oppositions", a réagi dans un communiqué le collectif des "Facs et Labos en lutte", fer de lance de la mobilisation.

Plusieurs instances consultées ces dernières semaines ont aussi émis des critiques. Dans un avis cinglant rendu en juin, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a notamment estimé que l'investissement prévu n'était "pas à la hauteur des défis". L'Académie des sciences a également fait part de sa "déception".

Au-delà du budget, c'est la philosophie du texte qui est décriée car il focalise les financements sur les appels à projets, en renflouant l'Agence nationale de la recherche (ANR) à hauteur d'un milliard d'euros.

Les contestataires y voient l'avènement d'une recherche à court terme, "compétitive et sélective", promouvant des "stars" au détriment du collectif et du financement pérenne des laboratoires.

"C'est à cause de cette recherche sur projet que la France a pris du retard dans la recherche sur les coronavirus", a estimé Samuel Hayat, chercheur CNRS et membre des "Facs et labos en lutte", interrogé face à Frédérique Vidal, sur France Culture.

Côté social, la LPPR veut renforcer l'attractivité de la recherche pour des disciplines rares et les jeunes scientifiques, souvent "aspirés" à l'étranger. Une part du budget sera ainsi consacrée à la revalorisation des carrières, et plus de 5.000 emplois de chercheurs seront crées.

Mais le point de crispation majeure porte sur la mise en place de voies de recrutements parallèles: des "parcours de titularisation" à l'américaine, contrat permettant d'accéder à une titularisation au bout de six ans maximum, ainsi que des "CDI de mission scientifique", qui font craindre aux syndicats une explosion de la précarité dans une profession où un quart des effectifs déjà sont non-titulaires.

Auteur(s): Par Juliette COLLEN - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, le 22 juillet 2020 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-