Le rappeur Rohff condamné à 5 ans de prison pour violences

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Le rappeur Rohff condamné à 5 ans de prison pour violences

Publié le 27/10/2017 à 14:56 - Mise à jour à 17:20
© Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Le rappeur Rohff a été condamné vendredi à Paris à cinq ans de prison pour des violences commises en 2014 dans la boutique parisienne de son rival Booba, épilogue du plus violent des "clashes" entre ces deux figures du rap français.

L'artiste, collier de barbe et crâne rasé, n'a toutefois pas été immédiatement incarcéré à l'issue de l'audience. Il est sorti sans s'exprimer devant la presse.

Rohff, 39 ans, de son vrai nom Housni Mkouboi, a déjà passé deux mois en prison et plusieurs mois sous bracelet électronique dans cette affaire.

"On a dix jours pour faire appel ou aménager la peine, on va prendre le délai de réflexion", a affirmé son avocate, Me Malika Ibazatene. Comme on lui demandait si cette peine est réellement aménageable, ce qui lui permettrait de ne pas retourner derrière les barreaux, elle a souligné "qu'il a fait beaucoup de bracelet électronique".

Le tribunal correctionnel est allé au-delà des réquisitions du procureur, qui avait demandé quatre ans d'emprisonnement.

Pour expliquer cette "lourde" peine, les magistrats ont dénoncé une "action collective préméditée d'une grande violence, sans autre mobile établi qu'une démonstration de force" dans le cadre d'une "rivalité" entre rappeurs.

Ce 21 avril 2014, Rohff était entré accompagné de plusieurs hommes dans le magasin Ünkut, boutique "officielle" de la marque de vêtements fondée par le rappeur Booba, située dans le quartier parisien de Châtelet.

Dans un bref déchaînement de violence dont les images, captées par des caméras de vidéosurveillance, avaient été diffusées à l'audience, le groupe avait roué de coups un jeune vendeur en l'abandonnant dans un état critique, avait assommé un autre employé avec une caisse enregistreuse et détérioré la boutique.

Cet épisode dramatique avait marqué l'apogée des "clashes" répétés entre Rohff et son rival Booba, engagés dans une compétition à base de provocations par clips ou réseaux sociaux interposés, d'albums ou de moqueries pour faire le "buzz", une rivalité attisée par leurs publics respectifs.

Lors de l'audience à la fin septembre, Rohff, qui avait fait profil bas, ne s'était pas épanché sur cette rivalité. Il avait soutenu qu'il avait pénétré sans préméditation dans la boutique de son ennemi juré, suivi par de jeunes fans qui l'avaient reconnu dans la rue.

Il avait voulu montrer qu'il n'avait "pas peur", avait-il expliqué, et demander les coordonnées du gérant afin que celui-ci "organise un rendez-vous" avec Booba, pour apaiser leurs "querelles".

Il avait assuré avoir ensuite "vu rouge" en entendant le surnom de l'un des vendeurs, "Papy", le même que celui d'un internaute qui le "provoquait" sur Twitter. Version démentie par l'intéressé.

- 'Devoir d'exemplarité' -

Les juges n'ont pas cru les explications de l'interprète du morceau "Qui est l'exemple?", qui "n'ont eu de cesse de changer", a asséné l'une des magistrates.

Le groupe qui l'accompagnait semblait sur les images de vidéosurveillance plutôt composé de trentenaires, "pas excités", a relevé le tribunal, et non de jeunes fans comme l'affirme l'artiste.

"Personnage public", Rohff a failli à son "devoir d'exemplarité", a encore déclaré la magistrate, et la constance dont il a fait preuve "dans la minimisation" paraît "peu compatible avec les regrets exprimés".

Pour elle, si Rohff s'était présenté de lui-même à la police quelques heures après les violences, c'était contraint par la "pression médiatique", car la vidéo avait fuité.

Les deux vendeurs, âgés alors de 19 ans, souffrent aujourd'hui encore d'importantes séquelles psychologiques. Une audience civile se tiendra ultérieurement s'agissant de leurs demandes de réparations.

Le casier judiciaire du rappeur comporte déjà plusieurs condamnations, dont une pour violences avec arme.

Le tribunal a en revanche relaxé son garde du corps "officieux" de l'époque, faute d'éléments prouvant son implication.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le rappeur Rohff et son avocat Malika Ibazatene, lors de son procès au palais de justice de Paris, le 29 septembre 2017

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-