Le retour de la consommation, levier essentiel de la reprise économique

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Le retour de la consommation, levier essentiel de la reprise économique

Publié le 10/06/2020 à 07:00 - Mise à jour à 08:14
© Ludovic MARIN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Vanessa CARRONNIER - Paris (AFP)
-A +A

Les Français semblent peu enclins à sortir leur porte-monnaie, alors qu'ils ont beaucoup épargné pendant le confinement. Un comportement scruté de près, tant un retour de la consommation peut contribuer à la reprise économique.

La relance de la consommation, clé de la reprise économique ?

Le retour de la consommation "va être le détonateur pour avoir une accélération de la reprise économique, car cette crise du coronavirus c'est surtout un choc sur la demande", explique à l'AFP Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

En France, comme ailleurs, les dépenses des ménages se sont taries pendant le confinement, obligeant fabricants et distributeurs à stocker vêtements, meubles ou véhicules... et à puiser dans leur trésorerie pour payer leurs charges fixes.

Un retour de la demande serait synonyme de reprise d'activité pour les entreprises, ce qui leur permettrait par la suite d'embaucher et d'investir.

"Si la consommation ne redémarre pas, rien d'autre ne pourra repartir", souligne auprès de l'AFP Alexandre Delaigue, professeur d'économie à l'université de Lille.

Qu'en est-il pour l'Etat ?

L'Etat bénéficierait aussi du retour de la consommation puisqu'elle engendre d'importantes recettes fiscales. En France, la TVA pèse près de 45% de ces recettes.

De plus, la consommation "est le principal moteur en termes de contribution à la croissance, bien avant l'investissement", indique M. Dembik.

Le gouvernement compte sur la création de richesse pour rembourser au travers des prélèvements existants (TVA, cotisations sociales, impôts etc.) la dette engendrée par la crise sanitaire. Il s'attend toutefois à un plongeon de 11% du PIB et à un déficit public de 11,4% du PIB pour l'année 2020.

"Tant que l'activité économique ne repart pas, on se retrouve avec plus de dépenses publiques - liées aux plans de relance, au chômage partiel - que de recettes", précise M. Delaigue. Cette dégradation des comptes publics risque de limiter la capacité de soutien de l'Etat par la suite, prévient-il.

Comment accélérer le mouvement ?

Il est "probable que la montée attendue du chômage et le contexte global de forte incertitude continuent de peser sur les comportements d'achats", a averti mardi la Banque de France, qui considère le rythme du rebond de la consommation comme l'élément "essentiel" de la reprise.

Pour éviter une épargne de précaution, il faut "faire en sorte que les anticipations de tout le monde soient les plus positives possibles", ce qui peut supposer de mobiliser des plans de relance pour redonner confiance, expliquait récemment le directeur de l'OFCE, Xavier Timbeau.

Certains pays comme les Etats-Unis distribuent des sommes d'argent aux particuliers. La France a prévu une aide financière pour les ménages modestes et les jeunes précaires.

D'autres nations, tels que le Japon, optent pour des bons d'achats. Cette idée est "très pertinente", mais "il faut que ces bons soient conditionnés à certains types d'achats pour éviter de favoriser des produits importés", estime M. Dembik.

Le Medef et la Confédération des petites et moyennes entreprises proposent également des mesures fiscales pour favoriser les dons intergénérationnels et permettre aux salariés de débloquer leur participation.

Autre stratégie: réduire temporairement la TVA, une mesure adoptée par l'Allemagne mais écartée par la France en raison notamment de son coût élevé.

Stimuler la consommation, est-ce compatible avec l'écologie ?

Pour combiner reprise économique et transition écologique, l'Etat peut flécher une partie de la consommation en direction de biens et services verts, avec certaines aides.

Le Medef propose ainsi de distribuer aux ménages modestes des "éco-chèques" financés par l'Etat, un dispositif "transverse" permettant de payer achats (nourriture bio, équipements ménagers économes en énergie) et services écologiques. Mesure plus ciblée: la CPME suggère de réduire la TVA sur les activités de réparations, par exemple de vélo.

Pour l'heure, le gouvernement a pris ce type de mesures pour le secteur automobile, avec notamment la hausse du bonus pour l'achat d'un véhicule électrique neuf.

"Il est possible d'avoir un volet écologique mais ce ne sera pas le cœur de la relance", estime M. Dembik. "Malheureusement, il est très rare de pouvoir changer de logiciel en période de crise en raison du coût d'une telle décision".

Auteur(s): Par Vanessa CARRONNIER - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Sur le marché de l'Avenue de Saxe à Paris, le 14 mai 2020

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-