Covid-19: l'exécutif temporise sur le reconfinement, "différents scénarios" étudiés

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Covid-19: l'exécutif temporise sur le reconfinement, "différents scénarios" étudiés

Publié le 27/01/2021 à 04:00 - Mise à jour à 22:20
© ALAIN JOCARD / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Jérôme RIVET - Paris (AFP)

-A +A

L'exécutif s'est encore accordé le temps de la réflexion avant d'éventuellement redonner un tour de vis face à l'épidémie de Covid-19, actant toutefois mercredi à l'issue du Conseil de défense que le couvre-feu à 18h00 "ne freine pas suffisamment" la propagation du virus.

D'ores et déjà, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué que "différents scénarios" étaient à l'étude, qui vont "du maintien du cadre actuel", piste qu'il a jugée "peu probable", jusqu'à "un confinement très serré".

Entre ces deux bornes, sont évoqués la possibilité d'un couvre-feu couplé à un confinement seulement le week-end ou encore l'allongement des vacances de février avec l'interdiction des déplacements inter-régionaux, selon une source gouvernementale.

Le président Emmanuel Macron a demandé "des analyses supplémentaires" sur ces différents scénarios avant de prendre des décisions, a précisé M. Attal lors du compte-rendu du Conseil des ministres. Parmi celles-ci, les résultats d'une étude sur la prévalence du variant anglais, et sur le détail des effets du couvre-feu à 18h00 en vigueur nationalement depuis 10 jours désormais.

Afin de préparer le terrain avant une décision, Jean Castex mènera jeudi et vendredi une série de consultations: présidents de groupes du Sénat, de l'Assemblée nationale, représentants des associations d'élus et partenaires sociaux seront entendus par visio-conférences.

L'exécutif, qui pourrait tenir un nouveau Conseil de défense sanitaire ce week-end, cherche un "point d'équilibre", avec la nécessité de "protéger les Français" sans toutefois "mettre le pays sous cloche", a expliqué le patron des députés LREM Christophe Castaner, en notant au passage que "les élèves doivent pouvoir aller à l'école".

Le nombre de patients hospitalisés a continué d'augmenter mardi, à 27.005, dont 3.071 en réanimation (2.829 une semaine plus tôt), selon Santé publique France, et 352 décès supplémentaires ont été répertoriés à l'hôpital, portant le nombre total de morts causées par l'épidémie à 74.106 en France. Soit nettement moins qu'au Royaume-Uni, à la population comparable, qui a été mardi le premier pays européen à passer la barre des 100.000 morts du Covid.

- "Exceptions" -

Mais la progression du variant anglais, particulièrement contagieux, et qui a représenté 9,4% des cas dépistés en Ile-de-France entre le 11 et le 21 janvier, augure d'une prochaine hausse "très significative" du nombre de malades, estiment des médecins de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Pour tenter de limiter sa propagation, de nouvelles restrictions pour les déplacements internationaux sont également sur la table, a confirmé M. Attal, alors que l'Allemagne envisage, comme Israël, de réduire "presque à néant" le trafic international aérien à destination de son territoire.

Parmi les pistes discutées au niveau européen selon M. Attal, "des sanctions contre des compagnies aériennes qui opéreraient avec des pays extérieurs à l'Union européenne et qui ne respecteraient pas les règles qui ont été fixées", comme l'obligation de présenter un test PCR négatif.

Quant aux étudiants, Jean Castex s'est interrogé de manière très prudente lors d'un appel au youtubeur Gaspard Guermonprez sur la possibilité de les "faire entrer dans les exceptions" en cas de reconfinement pour remplir la promesse d'Emmanuel Macron d'un retour un jour par semaine à l'université.

L'hypothèse d'un nouveau confinement a pris de l'épaisseur ces derniers jours avec des déclarations alarmantes de certains experts, comme le professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique.

Le professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Tenon à Paris, a jugé mercredi cette perspective "inévitable", la situation étant selon lui "déjà pire que celle des deux premiers confinements".

- Perte d'activité -

Alors que des émeutes ont éclaté aux Pays-Bas depuis l'entrée en vigueur d'un "simple" couvre-feu samedi, l'exécutif doit aussi compter avec le risque de refus de se plier à de nouvelles restrictions.

C'est "un sujet d'inquiétude", souligne Christophe Castaner, tandis que la vice-présidente LR de l'Assemblée nationale Annie Genevard appelle à une politique "cohérente" pour qu'elle soit acceptée.

Selon un sondage Elabe pour BFMTV publié mercredi, 93% des Français assurent toutefois qu'ils respecteraient un nouveau confinement, qu'il soit sur le modèle du premier ou du deuxième.

Pour Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, les Français, qui "ont fait beaucoup de sacrifices", sont "très respectueux des instructions qui sont données" et "continueront à l’être". "Mais ce n’est pas pour ça qu’ils ne s’interrogent pas sur à quoi sert tout cela et combien de temps cela va durer".

D'un point de vue économique, Bercy évalue de 10% à 18% la perte d'activité qu'un troisième confinement pourrait entraîner selon le degré de restrictions appliquées.

Et selon l'Insee, le moral des ménages s'est nettement replié en janvier après avoir rebondi en décembre.

Sur le front de la vaccination, Sanofi a annoncé mardi qu'il allait aider Pfizer et BioNTech à produire leur vaccin contre le Covid-19 et conditionnerait plus de 100 millions de doses destinées à l'Union européenne d'ici fin 2021.

Mais AstraZeneca ne livrera à la France que 4,6 millions de doses de son vaccin d'ici fin mars, soit moitié moins qu'attendu, selon le ministère de la Santé.

Au total, près de 1,2 million d'injections ont été réalisées, seconde dose comprise, depuis le début de la campagne lancée fin décembre.

bur-jri-ggy-jmt/jk/nm

Auteur(s): Par Jérôme RIVET - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Personnel médical prodiguant des soins à un patient atteint du Covid-19, à l'hôpital Tenon de Paris, le 26 janvier 2021

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-