Les agriculteurs manifestent leur détresse sur les routes de France

Les agriculteurs manifestent leur détresse sur les routes de France

Publié le 08/10/2019 à 13:37 - Mise à jour à 22:04
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Emmanuelle TRECOLLE, avec les bureaux de l'AFP en régions - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Sentiment de rejet, opposition aux zones de non-traitement aux pesticides ou aux accords commerciaux: les agriculteurs ont manifesté mardi dans toute la France en bloquant les axes routiers à l'appel du syndicat majoritaire, la FNSEA, et des Jeunes Agriculteurs, qui en ont appelé au soutien du chef de l’État.

Sous le slogan, "France, veux-tu encore de tes paysans?", la mobilisation a commencé tôt dans l'Aisne, le Var et la Drôme et atteint son point fort en début d'après-midi avec le blocage prévu d'axes routiers majeurs, dont de nombreuses autoroutes.

L'objectif de ces manifestations: "se montrer sur les routes, +tracter+ au niveau des ronds-points, s'adresser aux représentants de l’État", a indiqué à l'AFP Xavier Benoist céréalier, lors d'un blocage à Château-Thierry (Aisne).

Les organisateurs ont souligné la "réussite de ce premier avertissement": "l'ensemble des départements se sont mobilisés. A 13H00, nous avons relevé 100 blocages ou opérations escargots sur l'ensemble du territoire", a déclaré lors d'un point-presse à Paris, Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, selon qui "6.000 tracteurs et plus de 10.000 agriculteurs" ont été mobilisés.

"Le problème est politique, d'un côté on a un discours qui parle d'agriculture forte, vivante et de l'autre on nous assomme avec des normes à n'en plus finir, sans parler des traités de libre-échange et de l'+agribashing+, alors qu'on est une agriculture reconnue comme vertueuse", a dénoncé Fabrice Couturier, président de la FDSEA de Moselle où les agriculteurs organisaient des barrages filtrants à Metz, Thionville et Sarrebourg.

- "Délit d'entrave" -

Dénonçant le "dénigrement permanent dont font l'objet les agriculteurs aujourd'hui", notamment sur l'usage des pesticides, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a réclamé que, "dans les décisions qui vont être prises, à la fois pour l'homologation de produits phytosanitaires, pour la protection des riverains, ce soit les scientifiques qui soient écoutés et non pas l'émotion, le sondage qui [fassent] la décision".

Elle a également souhaité que soit créé un "délit d'entrave" à l'activité des agriculteurs, permettant des sanctions "plus lourdes" à l'égard des personnes s'introduisant dans les élevages, notamment les militants antispécistes.

"Le ministre de l'Agriculture sillonne la France en disant +je vous aime+, c'est bien, mais ça ne suffit pas. Il faut des décisions. Il faut que la ministre de la Justice durcisse le ton et que les juges puissent prononcer des sanctions, des peines qui dissuadent", a-t-elle insisté.

La cheffe de la FNSEA a interpellé jusqu'au plus haut niveau de l’État: "Nous attendons que le président de la République s'exprime. C'est lui qui a semé le doute sur un certain nombre d'expressions à propos de l'agriculture", a-t-elle déclaré, l'appelant à "dire clairement qu'il soutient l'agriculture à un moment où elle est attaquée et déconsidérée".

En Ile-de-France, 500 agriculteurs et 400 tracteurs ont permis 14 points de blocage de la fin de matinée au milieu de l'après-midi.

- zones de non-traitement -

Si la plupart des actions avaient pris fin en milieu d'après-midi, certains axes ont été bloqués jusqu'en début de soirée, comme l'A6, à hauteur de Pouilly-en-Auxois (Côte d'Or), où les agriculteurs ont établi un barrage bloquant à l'entrée et à la sortie du péage jusqu'à 18h00, selon Bison futé.

Parmi les dernières normes envisagées, les zones de non-traitement aux pesticides (ZNT) ont mis le feu aux poudres. "L'interdiction à dix mètres des maisons, ça représente dans l'Aisne 10.000 hectares non cultivés, ça veut dire l'équivalent de 80.000 tonnes de blés non produites, soit 1,5 million d'euros de manque pour les agriculteurs", a expliqué à l'AFP Benoit Davin, référent FDSEA pour l'arrondissement de Soissons.

La FNSEA et les JA, reçus par le ministre mardi soir pour porter leurs doléances, ont d'ores et déjà prévenu que le mouvement allait se poursuivre.

"Aujourd'hui, c'était le premier coup de semonce et ça va continuer", a déclaré Samuel Vandaele, président des Jeunes Agriculteurs, qui a annoncé pour la semaine prochaine des actions plus axées sur les consommateurs, afin de les sensibiliser sur la provenance des produits vendus en grandes surfaces, quitte, dans certains cas, à intervenir sur l'étiquetage.

burs-etr-ngu/pn/LyS

Auteur(s): Par Emmanuelle TRECOLLE, avec les bureaux de l'AFP en régions - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Tracteurs contre police: les agriculteurs manifestent à l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs à Saint-Aybert(Nord), le 8 octobre 2019

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-