"Gilets jaunes": la mobilisation marque le pas avant le 1er-Mai

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

"Gilets jaunes": la mobilisation marque le pas avant le 1er-Mai

Publié le 27/04/2019 à 04:03 - Mise à jour le 28/04/2019 à 09:52
© ludovic MARIN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Béatrice ROMAN-AMAT - Strasbourg (AFP)
-A +A

Une mobilisation parmi les plus faibles mais une "motivation intacte" après le "bla-bla" présidentiel post-grand débat: plusieurs milliers de "gilets jaunes" ont de nouveau battu le pavé samedi pour leur acte 24, avant les cortèges du 1er-Mai.

Ce nouveau samedi illustrant la persistance d'un mouvement inédit, qui met à mal la capacité d'Emmanuel Macron à imposer ses réformes depuis plus de cinq mois, a été marqué par quelques tensions dans la capitale alsacienne, à Lille et Toulouse.

Le ministère de l'Intérieur a recensé 23.600 manifestants, contre 27.900 la semaine précédente, soit l'une des plus faibles mobilisations depuis la mi-novembre (la plus faible était le 6 avril avec 22.300 manifestants). Selon le décompte des "gilets jaunes", ils étaient au moins 60.000.

A Paris, deux cortèges distincts ont réuni dans le calme 2.600 "gilets jaunes" selon les autorités contre 9.000 la semaine dernière. La préfecture de police de Paris a indiqué avoir procédé à 13.500 contrôles préventifs et à 14 interpellations.

Depuis le début du mouvement -- né d'une colère contre la hausse des taxes avant de s'étendre à des revendications pour plus de pouvoir d'achat et de démocratie directe -- 2.400 "gilets jaunes" et 1.700 membres des forces de l'ordre ont été blessés, selon Beauvau.

A un mois des élections européennes, les "gilets jaunes" entendaient donner un caractère "international" à la journée d'action avec une manifestation à Strasbourg, siège du parlement européen, où les forces de l'ordre ont barré la route du centre et des institutions européennes au cortège (2.000 "gilets jaunes" selon la préfecture). 42 personnes ont été interpellées et la préfecture a déploré de "nombreuses dégradations".

Dans la foule, Pascal Harter, 58 ans, a estimé qu'il n'y avait "rien eu de concret" dans les annonces faites par le président jeudi. "Ça m'a remotivé", a-t-il expliqué à l'AFP. Pour ce pré-retraité, le chef de l'Etat s'en est tenu à du "bla-bla".

Un sentiment largement partagé sur les réseaux sociaux entre "gilets jaunes", qui estiment que les mesures d'Emmanuel Macron - déployer "plus de fonctionnaires sur le terrain", baisser l'impôt sur le revenu, supprimer l'ENA ou réindexer sur l'inflation les pensions de retraites de moins de 2.000 euros - ne suffisent pas.

Loin d'éprouver un sentiment d'usure ou de lassitude, des manifestants ont assuré aux quatre coins du pays être "remontés" après le discours du chef de l'Etat. "Merci Macron!", a résumé Nelly, une Francilienne de 70 ans, près du siège de BFMTV, lors d'une "marche sur les médias" à Paris pour réclamer un "traitement médiatique impartial" du mouvement.

"La logorrhée" du président, "c'est +peanuts+, de la poudre de perlimpinpin", a jugé Francine à Toulouse, où le cortège n'a pu accéder à la place du Capitole, interdite à toute manifestation. "Ça nous a donné du grain à moudre".

- "Plus motivé que jamais" -

Le grand débat "a coûté un pognon de dingue, on débloque des milliards pour Notre-Dame, mais les gens crèvent toujours dans la rue", a déploré à Lille Dominique, 62 ans, ancienne employée d'une clinique.

A Paris, sous le mot d'ordre "riposte générale", un cortège mêlant gilets rouges de la CGT, "gilets jaunes" et représentants de partis de gauche a totalisé 5.500 personnes, selon Beauvau.

"Gilet jaune" "depuis le début", Patricia, Parisienne de 65 ans, a manifesté avec la CGT car elle est "pour la convergence des luttes". Avant le 1er-Mai, cette institutrice retraitée "souhaite que tous les syndicats, partis, mouvements contestataires soient dans la rue pour une fédération du peuple, pour la justice sociale et fiscale."

"Macron t'es foutu, toutes les vieilles sont dans la rue", scandaient des "gilets jaunes" à Rennes (600 manifestants), "On est là, on est là, même si Macron ne veut pas, nous on est là!", entendait-on à Bordeaux (plusieurs milliers selon l'AFP) ou à Toulouse (1.500 à 2.000 personnes), deux places fortes de la mobilisation.

"On est plus motivé que jamais!", assurait aussi une femme de 51 ans à Marseille (1.000 manifestants selon la préfecture), venue "lutter contre l'oligarchie et les privilèges des riches".

Certains avaient prévu de faire l'impasse ce samedi pour se concentrer sur les manifestations du 1er-Mai, qui s'annoncent tendues. Des appels à un mercredi "noir et jaune" ont été lancés; "gilets jaunes" et black blocs appellent à transformer Paris en "capitale de l'émeute".

burs-asl/blb/cbn

Auteur(s): Par Béatrice ROMAN-AMAT - Strasbourg (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmanuel Macron? pendant sa conférence de presse, à Paris, le 25 avril 2019

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-