Les oliviers d'Afrine trouvent de nouvelles racines au Kurdistan irakien

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les oliviers d'Afrine trouvent de nouvelles racines au Kurdistan irakien

Publié le 08/09/2020 à 09:47 - Mise à jour à 13:38
© SAFIN HAMED / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Qassim KHIDHIR - Erbil (Irak) (AFP)

-A +A

Surplombant des résidences d'été de familles cossues du Kurdistan irakien, des milliers d'oliviers se dressent. Ce paysage n'existait pas il y a quelques années: c'est un Kurde de Syrie qui les a ramenés, faisant fleurir le business de l'huile d'olive dans la région.

Bien avant que l'armée turque et ses supplétifs syriens ne prennent sa ville d'Afrine, l'un des bastions kurdes de Syrie, Souleimane Cheikho avait pris le large.

Depuis 2007, en les faisant passer légalement ou grâce aux routes de contrebande entre le Kurdistan irakien et les zones kurdes du nord-est syrien, il a replanté ses oliviers dont il parle comme étant ses enfants de l'autre côté de la frontière.

"J'ai ramené 42.000 oliviers d'Afrine, quand ils avaient environ trois ans", explique fièrement à l'AFP celui qui a longtemps été le président de l'Association des oléiculteurs d'Afrine.

Début 2018, sa tâche s'est compliquée: les Turcs ont lancé l'opération "Rameau d'olivier", un nom qui résonne encore douloureusement à Afrine, dont les petits fruits noirs faisaient la réputation.

Ankara craint l'émergence en Syrie d'une région autonome tenue par les milices kurdes proches du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une guérilla sur le sol turc.

La milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), considérée comme "terroriste" par la Turquie, a rapidement perdu Afrine et, depuis, l'exode s'est intensifié.

La moitié des 320.000 habitants, dont beaucoup vivaient de la production d'huile d'olive grâce au climat propice des environs, ont fui leur foyer lors de l'offensive, selon l'ONU.

- Un secteur en éclosion -

"Aujourd'hui, je vise 80.000 arbres", poursuit M. Cheikho au volant de son pick-up. A Afrine, 4.000 de ses oliviers étaient plus que centenaires.

Entretenir autant d'arbres est une gageure au Kurdistan irakien, convient-il, une région bien plus aride qu'Afrine, où il doit redoubler d'efforts pour assurer l'irrigation.

Un peu plus loin, le cinquantenaire --qui incarne la quatrième génération d'oléiculteurs dans sa famille-- présente son pressoir.

Là, une vingtaine d'employés connaissent leur artisanat sur le bout des doigts. Eux aussi sont venus d'Afrine, mais plus tard, pour fuir la guerre.

"C'est une bonne année, nous avons produit 23 litres d'huile pour 100 kilos d'olives récoltés", se félicite le patron.

Si M. Cheikho écoule ses bouteilles au Kurdistan mais aussi ailleurs en Irak, il a surtout travaillé à faire bourgeonner un secteur jusqu'ici peu développé.

Le climat irakien rend en effet plus facile l'importation --du Liban, de Syrie ou de Turquie-- que la production d'huile d'olive, un élixir présent sur toutes les tables du pays mais aussi dans le savon et d'autres dérivés.

- Faire revivre Afrine -

Après avoir fait venir des dizaines de milliers d'oliviers d'Afrine, il a aidé sept investisseurs kurdes irakiens à établir leur pressoir et leur oliveraie. Tous ont embauché des Kurdes d'Afrine.

Faire vivre l'huile d'olive, pour M. Cheikho et ses compagnons, c'est un peu faire vivre leur ville martyre, dont les ressources ont été pillées.

En 2008, alors que M. Cheikho venait d'arriver, le Kurdistan autonome d'Irak comptait 169.400 oliviers.

Aujourd'hui, selon les autorités kurdes, il y en a quatre millions grâce aux fonds investis --près de 20 millions d'euros-- pour la plantation et l'importation.

Quelque 25 tonnes d'huile d'olive ont été produites en 2019, ainsi que de nombreux produits dérivés comme du savon ou des cosmétiques.

"Les agriculteurs ici ont de grands projets et sont extrêmement ambitieux (...) en travaillant dur et, grâce à l'expérience des oléiculteurs d'Afrine, ils vont créer un bel avenir pour l'huile d'olive", prédit M. Cheikho.

Auteur(s): Par Qassim KHIDHIR - Erbil (Irak) (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Suleiman Sheikho, dans son champ d'oliviers à Arbil dans le Kurdistan irakien, le 22 février 2020

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-