Les trois quarts des adolescents ont peur du cancer

Les trois quarts des adolescents ont peur du cancer

Publié le 13/03/2017 à 09:30 - Mise à jour à 11:45
© FRANK PERRY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Le cancer fait peur aux trois quarts des adolescents qui sur-estiment le rôle joué par l'hérédité et sous-estiment en revanche celui de l'alimentation ou du manque d'activité physique, selon un sondage OpinionWay rendu public lundi à l'occasion de la semaine nationale de lutte contre le cancer.

Réalisé pour le compte de la Ligue contre le cancer, le sondage fait apparaître que 96% des adolescents ont conscience du fait qu'on peut avoir un cancer à tout âge même si un sur 2 s'estime mal informé sur la maladie.

La peur du cancer touche 74% des adolescents interrogés, la moitié craignant le cancer pour eux-mêmes tandis que 68% le redoutent chez leurs parents.

Grâce aux campagnes de prévention régulièrement organisées par les autorités sanitaires, ils sont 94% à identifier le tabac comme une cause de cancer, devant la radioactivité (93%).

Le manque d'activité physique n'est en revanche mentionné qu'à 48%, après l'alimentation (67%) et le cannabis (67%) alors que ces facteurs de risque sont jugés importants par les spécialistes.

Ils surestiment en revanche très nettement le rôle joué par l'hérédité, citée par 76% des adolescents comme un facteur important, alors que seule une petite partie des cancers sont attribuables à des mutations génétiques.

82% pensent qu'on peut guérir d'un cancer mais trouvent les médicaments trop chers (89%), 85% jugeant "insuffisant" le financement de la recherche sur les traitements anti-cancéreux.

Un peu plus de la moitié des adolescents s'estime par ailleurs mal informé sur les sujets liés au cancer, qu'il s'agisse des recherche (75%) des symptômes de la maladie (73%), de l'espérance de vie des malades (68%) ou des traitements disponibles (62%).

Le sondage a été réalisé du 1er au 6 mars dernier sur un échantillon de 504 jeunes âgés de 15 à 18 ans, représentatif de la population française âgée de 15 à 18 ans, selon la méthode des quotas.

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancer diagnostiqués en France métropolitaine était estimé à 385.000 par l'Institut national du cancer (INCa) dont 211.000 hommes et 174.000 femmes. Parmi ces cas figuraient 1.700 enfants âgés de moins de 15 ans et 800 adolescents de 15 à 19 ans.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un chirurgien à l'Institut de Cancérologie de l'Ouest à Saint-Herblain, en France, le 7 décembre 2011

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-