L'homme qui a attaqué des militaires au Louvre en 2017 renvoyé aux assises

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

L'homme qui a attaqué des militaires au Louvre en 2017 renvoyé aux assises

Publié le 07/01/2021 à 12:39 - Mise à jour à 13:04
© ALAIN JOCARD / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

L'homme qui a attaqué des militaires en 2017 au Carrousel du Louvre à Paris a été renvoyé aux assises par un juge antiterroriste, a appris jeudi l'AFP de source judiciaire.

Le 3 février 2017 Abdallah El-Hamahmy s'était précipité, armé de machettes et criant "Allah Akbar", vers quatre militaires du dispositif Sentinelle en patrouille dans la galerie marchande du Louvre. Cet Egyptien, alors âgé de 29 ans, avait été grièvement blessé au ventre par des tirs de riposte tandis qu'un militaire était légèrement atteint au cuir chevelu.

Au terme de l'enquête, un juge antiterroriste parisien a ordonné, le 15 décembre, qu'il soit jugé devant une cour d'assises spécialement composée pour "tentatives d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle", conformément aux réquisitions du parquet antiterroriste (Pnat), a précisé la source judiciaire.

Le procès de cet homme, en détention provisoire, pourrait se tenir avant l'été, selon une source proche du dossier.

Seul suspect poursuivi dans ce dossier, Abdallah El-Hamahmy était légalement entré comme touriste en France le 26 janvier 2017 en provenance de Dubaï, avant de séjourner dans un logement de location à la semaine proche des Champs-Elysées. Ce voyage avait été préparé de longue date: l'appartement, réglé 1.700 euros, avait été réservé en ligne en juin, bien avant la demande de visa touristique déposée fin octobre.

Les images de vidéosurveillance montraient en outre qu'il était déjà venu le matin du 29 janvier, soit cinq jours avant son attaque, au Carrousel puis dans le musée, où il avait suivi une visite guidée.

Aucune revendication n'était intervenue et aucune allégeance à un groupe jihadiste n'avait été découverte. Les enquêteurs avaient toutefois retrouvé un de ses tweets reprenant un extrait d'un discours d'Abou Mohammed al-Adnani, un ancien porte-parole de l'organisation Etat islamique tué en Syrie et qui appelait régulièrement à cibler des policiers ou des soldats lors des attaques.

"Je ne crois pas qu'on puisse déduire du dossier qu'il avait l'intention de s'en prendre spécifiquement à des militaires", fait toutefois valoir son avocat, Me François Gagey, estimant que "l'information judiciaire n'a pas permis de faire toute la lumière sur ses intentions exactes".

Cette attaque solitaire s'est inscrite dans la vague d'attentats jihadistes sans précédent qui a frappé la France depuis janvier 2015 et fait plus de 250 morts.

En 2021, selon la source judiciaire, neuf dossiers liés au terrorisme islamiste sont d'ores et déjà prévus en première instance devant la cour d'assises spécialement composée, dont celui des attentats du 13 novembre 2015.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des policiers et des soldats patrouillent le 3 février 2017 devant le musée du Louvre à Paris après l'attaque de militaires du dispositif Sentinelle

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-