Livraison de repas: la LDH dénonce l'exploitation des coursiers à vélo

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Livraison de repas: la LDH dénonce l'exploitation des coursiers à vélo

Publié le 30/08/2017 à 14:48 - Mise à jour à 16:20
© JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Les coursiers à vélo "ne veulent pas pédaler pour des miettes de pain noir": la Ligue des droits de l'Homme s'est inquiétée mercredi de la précarisation de ces travailleurs, souvent jeunes, qui livrent des repas à domicile.

Dans un communiqué, elle demande à la ministre du Travail d'organiser une "conférence multipartite qui permette d'avancer sur le mode de réglementation de ce secteur". Et, dans l'immédiat, une médiation "au profit de personnes qui subissent une exploitation sévère sans avoir les moyens de se défendre".

La LDH dénonce "le dévoiement du droit du travail" que ces coursiers et coursières "subissent" car "c'est sur ordre des sociétés de livraison, au travers d'applications numériques" qu'ils/elles "attendent auprès de restaurants les commandes pour les porter au domicile des clients".

Des dizaines de coursiers des sociétés Deliveroo, Foodora ou Uber Eat ont manifesté dans plusieurs grandes villes de France cet été pour s'opposer à une généralisation du paiement à la course - alors qu'ils étaient payés à l'heure - et réclamer une augmentation.

Ce conflit social "pose la question de l'effectivité des droits de l'Homme au travail et du respect des différents textes et instruments qui les garantissent", estime la LDH.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les coursiers à vélo "ne veulent pas pédaler pour des miettes de pain noir": la Ligue des droits de l'Homme s'est inquiétée mercredi de la précarisation de ces travailleurs, souvent jeunes, qui livrent des repas à domicile.

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-