A l'Opéra de Paris, genèse d'un somptueux ballet en ces temps troublés

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

A l'Opéra de Paris, genèse d'un somptueux ballet en ces temps troublés

Publié le 23/05/2021 à 20:06 - Mise à jour le 24/05/2021 à 12:46
© Martin BUREAU / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Rana MOUSSAOUI - Paris (AFP)
-A +A

Créer un grand ballet narratif n'est pas monnaie courante de nos jours, mais en pleine pandémie, cela relève de la gageure. Pas de quoi cependant effrayer l'éminent chorégraphe Pierre Lacotte, qui adapte le monumental "Le Rouge et le Noir" pour l'Opéra de Paris.

Cette création mondiale, prévue en octobre au Palais Garnier, sera l'une des plus grandes productions du répertoire du Ballet de l'Opéra --près de 400 costumes-- et l'oeuvre chorégraphique la plus attendue de la rentrée, après deux saisons laminées par une grève historique et le Covid.

Elle marquera le retour, à 89 ans, de Pierre Lacotte qui signe chorégraphie, décors et costumes de cette adaptation du chef-d'oeuvre de Stendhal.

L'ex-premier danseur de l'Opéra, connu surtout pour être un "archéologue des ballets" du XIXe siècle, ne cache pas sa joie.

"C'est un rêve qui devient réalité chaque jour. Cela fait quatre ans qu'on est sur ce projet, et Aurélie Dupont (directrice de la danse, ndlr) m'a permis d'avancer dans ce projet malgré les difficultés actuelles", précise à l'AFP Pierre Lacotte, lors d'une visite à l'atelier de couture à Garnier.

"C'est un cadeau du ciel de pouvoir refaire, à 89 ans, une création dans mon théâtre chéri", ajoute le chorégraphe qui avait recréé pour l'Opéra "Paquita", "Coppélia" et "La Sylphide".

- 39 toiles, une dizaine d'étoiles -

Créateur de ballets au Bolchoï de Moscou, au Mariinsky de Saint-Pétersbourg, à la Scala de Milan, au Teatro Colon de Buenos Aires et jusqu'en Chine et au Japon, il dit renouer avec sa "famille".

A l'atelier de couture, entre le "flou" (costumes femmes) et le "tailleur" (costumes hommes), se dresse une haie de robes corsetées et de jupes aux couleurs chatoyantes, pour les paysannes, les bourgeoises ou les invitées du bal. Et pour Madame de Rênal et Mathilde de La Mole, les amours du héros Julien Sorel.

Des mannequins revêtus des costumes de hussards et de valets en rouge ou bleu vifs trônent près de grandes tables, où les costumières s'affairent à découper des plastrons, coudre des manches bouffantes ou ajuster des corselets.

"Cet atelier de couture, c'est Dior!", s'exclame M. Lacotte, en s'émerveillant devant une robe bleue délicatement brodée de dentelle.

"C'est une oeuvre monumentale", ajoute-t-il. Trois actes, près de 400 costumes (dépassant les 350 costumes de "La Belle au Bois Dormant") et 39 toiles de décor.

Mme de Rênal, dansée selon les distributions par trois Etoiles, "a à elle seule cinq ou six robes", relève Xavier Ronze, adjoint à la directrice de la couture. "Nous avons dû réviser nos classiques", rit-il. "Ce n'est pas une reconstruction historique des costumes comme on fait au cinéma. On s'inspire de l'époque mais on l'adapte à la danse".

- "Les personnages s'échappent" -

Pourquoi autant de moyens alors qu'à l'Opéra, la dernière création d'un grand ballet classique remonte à dix ans?

"Il ne faut pas oublier les racines qui sont les nôtres. C'est Louis XIV qui a lancé le classique en créant l'Académie de danse", souligne Pierre Lacotte. Le vocabulaire du ballet est en français et le père des plus célèbres ballets est un Français de Marseille, Marius Petipa, rappelle-t-il.

D'ailleurs, "tout est français" dans ce ballet, du livret au chorégraphe, en passant par la musique (des morceaux choisis de Massenet).

Mais c'est important aussi, précise le chorégraphe, "parce qu'on a toujours besoin de rêver. C'est très bien de faire du contemporain, mais on garde notre passé".

Durant ses recherches, il a passé un temps fou dans plusieurs bibliothèques, comme celle du Musée des arts décoratifs ou en région, pour s'inspirer des gravures d'époque.

Dans les immenses ateliers de l'Opéra Bastille, on peint de grandes toiles en trompe-l'oeil, un décor en noir et blanc qui va contraster avec les costumes.

"C'est comme un livre que l'on ouvre. Et les personnages s’en échappent pour vivre leur drame", raconte M. Lacotte.

Auteur(s): Par Rana MOUSSAOUI - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le chorégraphe français Pierre Lacotte (d) regarde les costumes préparés dans l'atelier de couture de l'Opéra de Paris pour le ballet "Le Rouge et le Noir", le 2 avril 2021

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-