Macron au Maroc pour une première rencontre avec le roi Mohammed VI

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Macron au Maroc pour une première rencontre avec le roi Mohammed VI

Publié le 14/06/2017 à 08:27 - Mise à jour à 08:30
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Emmanuel Macron se rend mercredi au Maroc pour une première rencontre avec le roi Mohammed VI, où seront notamment abordées la coopération des deux pays en matière de lutte anti-terroriste et la crise du Golfe.

Le président français, accompagné de son épouse Brigitte, doit atterrir à 17 heures à l'aéroport de Rabat, où il sera accueilli par le roi. Il sera ensuite reçu par Mohammed VI, d'abord en tête-à-tête puis avec ses conseillers.

Le soir, il est convié, avec son épouse -- robe longue de rigueur -- au repas de rupture du jeûne du Ramadan offert par le roi en leur honneur dans sa résidence personnelle de Dar al Salam, avant de repartir le lendemain matin pour Paris.

Ce premier déplacement du président français dans le Maghreb, le second en Afrique depuis son investiture, "a un cadre personnel pour que le président et le roi fassent mieux connaissance et posent les bases de la relation franco-marocaine", selon l'Elysée.

Au cours de sa campagne, M. Macron s'était rendu en Algérie, où il doit revenir en tant que président dans les prochaines semaines.

Au menu des entretiens avec le souverain du Maroc, allié de la France de longue date, figure notamment la crise du Golfe, les deux dirigeants souhaitant unir leurs efforts de médiation.

"Le président Macron s'est entretenu avec tous les chefs d'Etat de la région et appelé à l'apaisement. Ces efforts peuvent converger avec le rôle de médiation que le Maroc veut jouer. Les deux chefs d'Etat auront à coeur de bien coordonner leurs actions pour être les plus efficaces possibles", a indiqué l'Elysée.

Ls deux hommes devraient aussi parler de la Libye. "Le Maroc est très impliqué dans le suivi de la situation, où nous voulons pousser nos efforts diplomatiques dans les mois qui viennent", indique la présidence française.

La lutte contre la radicalisation et le terrorisme feront également partie des échanges, ainsi que la situation au Sahel.

- Premier partenaire commercial -

Ils évoqueront aussi leur coopération bilatérale en matière de sécurité, économique, culturelle et pour la lutte contre le dérèglement climatique. La France est le premier partenaire commercial du Maroc.

Mardi, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian effectuait lui une visite en Algérie. Les deux pays ont annoncé vouloir unir leurs efforts notamment dans la lutte antiterroriste et pour une solution politique en Libye.

La relation avec le Maghreb est prioritaire dans la politique d'Emmanuel Macron, qui veut forger un nouveau partenariat entre Europe, Afrique et Méditerranée, où les pays du Maghreb ont vocation à jouer un rôle central, a souligné l'Elysée.

Cette visite s'inscrit dans un contexte particulier marqué par un mouvement de contestation dans le Rif (nord du Maroc), depuis le mois d'octobre. Pour répondre aux revendications exprimées dans la rue, l'Etat marocain a relancé ou accéléré une série de projets d'infrastructures. Parallèlement la police a procédé depuis le 26 mai à plus d'une centaine d'arrestations, qui ont renforcé l'effervescence dans la rue.

Vingt-cinq associations de France et du Maghreb ont adressé lundi une lettre ouverte à Emmanuel Macron notamment pour dénoncer la répression dans le Rif. "Votre prochaine visite au Maroc peut être une occasion pour faire part aux plus hautes autorités de cet Etat des inquiétudes et préoccupations quant aux atteintes aux libertés fondamentales", écrivent-elles.

Ce mouvement populaire est né à la suite du décès de Mouhcine Fikri, mort broyé dans une benne le 28 octobre 2016 alors qu'il tentait de sauver sa marchandise confisquée.

L'ACAT (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture) a elle demandé à Emmanuel Macron "la même fermeté qu'avec Vladimir Poutine" sur la question des droits de l'homme au Maroc, à propos du procès de 24 militants sahraouis qui se déroule depuis le 13 mars, entaché selon ATAC "d’aveux signés sous la torture".

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le président Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse avec la Première ministre britannique Theresa May, le 13 juin 2017 à l'Elysée, à Paris

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-