Macron qualifie de "crimes contre l'Humanité" les faits d'esclavage en Libye

Macron qualifie de "crimes contre l'Humanité" les faits d'esclavage en Libye

Publié le 22/11/2017 à 16:40 - Mise à jour le 23/11/2017 à 18:00
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

La situation "épouvantable" en Libye des migrants, dont certains sont vendus comme des esclaves, "ne peut pas durer", a déclaré jeudi à l'AFP le commissaire européen Dimitris Avramopoulos au moment où la coopération de l'UE avec Tripoli fait l'objet de vives critiques.

"Je partage pleinement l'indignation du président français, les images révélant la vente de migrants sont révoltantes", a dit M. Avramopoulos, chargé des migrations au sein de l'exécutif européen.

Mercredi, Emmanuel Macron avait qualifié de "crimes contres l'humanité" les ventes de migrants africains comme esclaves en Libye, exposées par la chaîne américaine CNN et demandé d'"aller beaucoup plus loin pour démanteler les réseaux" de trafiquants.

"Nous sommes tous conscients des conditions épouvantables et dégradantes dans lesquelles sont détenus certains migrants en Libye. Cela ne peut durer", a répondu jeudi M. Avramopoulos. "C'est exactement pour cette raison que l'UE travaille sans relâche, sur tous les fronts, avec ses partenaires internationaux afin de trouver des solutions durables et en accord avec ses valeurs fondatrices de solidarité et de respect des droits de l'homme".

Ce dernier a notamment cité le soutien financier européen "via le fonds fiduciaire pour l'Afrique" grâce auquel "des milliers de migrants en Libye ont aujourd'hui accès aux soins médicaux".

Il a aussi mis en avant le plan lancé par la Commission visant à "réinstaller" au moins 50.000 réfugiés directement depuis les pays africains vers des pays européens dans les deux années à venir.

Pour l'heure, les pays de l'UE ont promis environ 34.000 places dans ce cadre, dont 10.000 proposées par Paris.

"Je salue l'engagement résolu de la France", a dit M. Avramopoulos. "Nous devons valoriser les voies d'entrée sûres et légales et restreindre les routes irrégulières que les migrants empruntent encore trop souvent, au péril de leur vie".

"Sauver des vies humaines, assurer un traitement digne à tous les migrants et démanteler les réseaux criminels de passeurs, voilà nos priorités qui en même temps sont des responsabilités partagées par tous les Etats membres", a ajouté le commissaire.

Mi-novembre, le haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, avait vivement dénoncé la détérioration des conditions de détention des migrants en Libye, jugeant "inhumaine" la coopération de l'UE avec ce pays.

"La communauté internationale ne peut pas continuer à fermer les yeux sur les horreurs inimaginables endurées par les migrants en Libye, et prétendre que la situation ne peut être réglée qu'en améliorant les conditions de détention", avait déclaré M. Zeid.

Il visait en particulier "la politique de l'UE consistant à aider les gardes-côtes libyens à intercepter et renvoyer les migrants".

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmanuel Macron, debout sur le perron de l'Elysée, le 20 novembre 2017

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-