Maëlys: le suspect a reconnu que la fillette était montée dans son véhicule

Maëlys: le suspect a reconnu que la fillette était montée dans son véhicule

Publié le 04/09/2017 à 10:21 - Mise à jour à 19:05
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Une semaine après la disparition dans le sud-est de la France de Maëlys, 9 ans, l'enquête se concentre sur un suspect écroué dimanche, un ancien militaire qui reconnaît que la fillette est montée dans sa voiture mais nie l'avoir enlevée.

Les événements se sont précipités avec l'annonce de l'inculpation pour enlèvement de cet homme de 34 ans, placé en garde à vue dès jeudi mais libéré le lendemain dans l'attente des résultats de l'expertise de son véhicule.

Selon son avocat, Me Bernard Méraud, une trace d'ADN de l'enfant a été retrouvée sur le tableau de bord de la voiture. Cette trace est cependant mélangée à celle du suspect et il est difficile de dire si Maëlys a été enlevée à bord de ce véhicule, selon une source proche du dossier.

Toujours introuvable, la fillette a disparu dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août à Pont-de-Beauvoisin, dans les Alpes françaises. Avec ses parents, elle assistait à un mariage où le suspect était arrivé sur le tard.

Cet ancien militaire engagé dans la marine et ancien maître-chien dans l'armée, a admis que Maëlys était montée dans sa voiture durant la soirée, d'après Me Méraud. Mais "il nie totalement être en quoi que ce soit acteur ou complice" de sa disparition.

- Banquette arrière -

Selon l'avocat, Maëlys et "un petit garçon", non identifié, auraient rejoint le suspect près de sa voiture pour voir si ses chiens étaient là.

"Il a ouvert la porte avant et baissé le siège. Les enfants sont montés sur la banquette arrière, ont regardé si les chiens n'étaient pas dans le coffre. Puis ils sont ressortis et tout le monde est rentré dans la salle des fêtes", a ajouté Me Méraud.

L'avocat a relevé par ailleurs que la voiture était garée fenêtres grandes ouvertes, ce qui a pu permettre à des enfants d'y pénétrer.

"Il faut se garder de toutes certitudes", a-t-il insisté. "C'est un copain du marié, qui est militaire (...). Il n'avait jamais vu la fillette."

Des témoins l'ont vu parler avec Maëlys et il a reconnu dès sa garde à vue avoir eu avec elle "des contacts plus particuliers que d'autres personnes".

Plusieurs éléments semblent cependant troublants, comme un téléphone portable caché aux gendarmes, et le fait qu'il se soit absenté durant la nuit, pour aller changer un short taché de vin, jeté à la poubelle, selon l'avocat. Sa mère a confirmé ses dires.

Ensuite, il a nettoyé son véhicule au lendemain du mariage pour, dit-il, le vendre, ce qu'un acquéreur potentiel aurait confirmé.

L'homme porte enfin des traces de griffures sur le bras et la jambe. Mais celles-ci "ne peuvent avoir été causées avec un ongle" et remonteraient à "quelques jours avant le mariage", quand "il a taillé des framboisiers", affirme Me Méraud.

- 'Pas quelqu'un d'agressif' -

Plus d'une semaine après la disparition de Maëlys, les recherches, pourtant considérables, n'ont rien donné.

A Domessin, village savoyard voisin où le suspect, en arrêt maladie depuis quelques mois, vit chez ses parents, la stupeur dominait lundi.

"Il est impossible qu'il ait fait une chose pareille. Il a fait quelques bêtises dans sa jeunesse. Mais ce n'est pas un voyou, c'est un gentil garçon, ce n'est pas quelqu'un d'agressif", a déclaré sa mère à la chaîne française d'information continue LCI.

Connu pour des affaires de stupéfiants, il a admis avoir fourni à des amis "quelques produits" au cours de la fête, d'après son conseil.

"J'ai toujours eu de très bons rapports avec lui. Il promenait souvent ses chiens dans le quartier et il nous arrivait de discuter parfois un peu le soir. J'espère que cette petite va être retrouvée rapidement", a confié à l'AFP Bernard, un voisin retraité.

Maëlys devait effectuer sa rentrée des classes lundi en CM1, à l'école de Mignovillard (Jura). Une cellule de soutien psychologique y a été mise en place.

pg-bp-pta-cha/ppy/lv/mw/elp

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le suspect a reconnu que la fillette était montée à bord de son véhicule.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-