Médicaments et grossesse: des pictogrammes "femme enceinte" pour signaler les risques

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Médicaments et grossesse: des pictogrammes "femme enceinte" pour signaler les risques

Publié le 14/10/2017 à 12:49 - Mise à jour à 12:55
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Des pictogrammes représentant une femme enceinte vont être apposés à partir de mardi sur les boîtes de médicaments dont la prise comporte des risques pendant la grossesse, a annoncé la Direction générale de la santé (DGS) dans un communiqué.

"Apposés par les laboratoires sur les médicaments concernés", ces pictogrammes offrent "une meilleure visibilité de l'information relative à ces risques, déjà signalée dans la notice du médicament", a souligné la DGS.

Il existera deux types de pictogrammes.

Le premier est un pictogramme "danger" (une silhouette de femme enceinte dans un triangle rouge), pour signaler "aux patientes que le médicament doit être utilisé uniquement s'il n'y a pas d'autre médicament disponible."

Le second est un pictogramme "interdit", qui "signale aux patientes que le médicament ne doit pas être utilisé".

Cette mesure concernera "une large part de la pharmacopée" pour rappeler que "l'utilisation de médicaments pendant la grossesse n'est pas banale et nécessite l'avis d'un professionnel", selon la DGS.

60% des médicaments comporteront un pictogramme grossesse, dont un tiers le pictogramme "interdit" et deux tiers le pictogramme "danger", est-il précisé dans un questions-réponses mis en ligne sur le site du ministère de la Santé.

Outre les femmes enceintes, certains de ces avertissements pourront concerner les adolescentes ou les femmes en âge de procréer, et sans contraception efficace, ce qui sera précisé sur la boîte.

Les femmes qui prennent ces médicaments ne doivent "en aucun cas" arrêter les traitements ou modifier les doses prescrites sans avis médical (médecin, sage-femme, pharmacien...), même après la découverte d'une grossesse, rappelle la DGS.

La mise en place de ces pictogrammes s'inspire d'une mesure similaire prise il y a quelques mois concernant les médicaments contenant du valproate, comme l'antiépileptique Depakine.

C'est l'association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anticonvulsivant (Apesac) qui réclamait l'apposition de tels pictogrammes sur les médicaments contenant du valproate, nocifs pour les foetus et auxquels des dizaines de milliers de femmes ont été exposées depuis les années 1960.

Deux autres types de pictogrammes existent déjà pour certains médicaments: l'un pour alerter les patients des risques encourus au volant (3 niveaux de risque) et l'autre pour mettre en garde contre la sensibilité au soleil des zones traitées.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


60% des médicaments comporteront un pictogramme grossesse, dont un tiers le pictogramme "interdit" et deux tiers le pictogramme "danger"

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-