Météo France: "Nos alertes orange sont justifiées"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Météo France: "Nos alertes orange sont justifiées"

Publié le 13/08/2017 à 11:45 - Mise à jour à 11:50
© PASCAL PAVANI / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

"Nous gagnons un jour de prévisions tous les dix ans": le Centre national de Météo France à Toulouse s'enorgueillit d'améliorer ses capacités prédictives, avec des alertes orange "justifiées" à au moins 80%.

"On regarde ce qu'il se passe jusqu'à douze ou treize jours. A neuf, dix jours, cela peut changer. En revanche, le scénario est très bon jusqu'à cinq, six jours", témoigne Patrick Santurette, membre de la permanence de la Direction de la prévision.

"Nous gagnons un jour de prévisions tous les dix ans. Il y a quinze ans, c'était un jour tous les six ans", souligne-t-il, précisant que l'établissement public qui emploie 3.124 personnes à travers la France dont 734 prévisionnistes, a "une obligation de moyens mais pas de résultats".

"On ne peut pas nous attaquer sur le fait qu'une prévision n'a pas été bonne. Une prévision est toujours accompagnée d'incertitudes et de risques d'erreurs", plaide-t-il.

"Lundi 7 août, on a eu une demande pour savoir s'il fallait mettre en place le dispositif canicule le 15 août", se souvient-il. La réponse avait été: "Pas d'épisode caniculaire en vue". Preuve de la qualité du travail, une semaine plus tard, les prévisionnistes ont été confirmés dans leur analyse, avec une chute nette des températures et la fin de la canicule.

Dans une immense salle du Centre de Toulouse, chacun devant quatre écrans au minimum, les prévisionnistes s'appuient sur un matériel ultra-sophistiqué pour parvenir à une précision toujours plus grande: une dizaine de satellites géostationnaires donnent une image tous les quarts d'heure, une dizaine de satellites défilants passent toutes les six heures...

Pour restituer un état de l'atmosphère à un moment donné, les images et autres données sont rentrées dans un super-calculateur, lequel utilise un algorithme remis à jour tous les six mois et des modèles de simulation prédéfinis.

Au pied d'un écran géant qui diffusent des images satellitaires, quatre groupes, soit 98 prévisionnistes, se répartissent le travail: évolution de l'atmosphère, météo marine, prévisions pour l'aéronautique et prévisions aux grands usagers nationaux (EDF, SNCF, médias nationaux, tournoi de Roland Garros...)

- Prévoir la foudre -

Créées en 2001 après la tempête de 1999 pour informer en même temps les pouvoirs publics et la population, les alertes orange - et plus rarement rouge - sont devenues l'un des marqueurs forts de l'activité de Météo France.

Pour déclencher une alerte, "il faut qu'il y ait un danger pour les personnes et pour les biens sur une moitié de département", explique M. Santurette.

En 2016, il y a eu un total de 70 épisodes, soit 103 jours en vigilance orange. Du même ordre que les années précédentes: 59 épisodes/114 jours en 2015, 58/113 en 2014 ou 71/132 en 2013...

Ces alertes concernent neuf thèmes: vent violent, pluies-inondation, grand froid, canicule, avalanches, neige-verglas, inondation, vagues-submersion et orages.

"Les alertes oranges sont justifiées huit fois sur dix pour les orages", constate M. Santurette. Pour les autres alertes, ce taux monte à 86%, ajoute-t-il. "Les orages sont très courts, très rapides. C'est très difficile de prévoir un orage fort sur une zone précise et impossible d'anticiper son activité électrique", se justifie-t-il.

Une fois par an, un point est fait sur les alertes. Il sert à affiner les critères mis en place afin de réduire le taux d'échecs. Selon ce bilan, 4% des intempéries en 2016 n'ont pas été signalées en alerte orange alors qu'elles auraient dû l'être. A l'inverse, 14% ont fait l'objet d'une fausse alarme.

Météo France, dont le centre national est à Toulouse avec 1.052 salariés, a des centres régionaux à Lille, Paris, Reims, Strasbourg, Lyon, Aix, Bordeaux ainsi qu'aux Antilles-Guyanne, à la Réunion, en Nouvelle Calédonie et en Polynésie.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le Centre national de Météo France à Toulouse s'enorgueillit d'améliorer ses capacités prédictives, avec des alertes orange "justifiées" à au moins 80%.

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-