Meurtre d'Elodie Kulik: des "révélations" livrées à huis clos sans effet sur le procès

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Meurtre d'Elodie Kulik: des "révélations" livrées à huis clos sans effet sur le procès

Publié le 26/11/2019 à 11:53 - Mise à jour à 12:16
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Amiens

-A +A

Le témoignage d'une femme qui avait promis des "révélations importantes" concernant le viol et le meurtre d'Elodie Kulik en 2002 a été livré mardi à huis clos devant les assises de la Somme, sans que son contenu ne modifie la poursuite du procès.

"Ce qui s'est passé ce matin a été fait à huis clos, il nous a été demandé ce matin aux uns et autres de ne faire aucun commentaire, je m'en tiendrai à ce qu'a décidé la cour", a répondu à la presse Me Stéphane Daquo, avocat de Willy Bardon, 45 ans, seul accusé, poursuivi pour viol, enlèvement, séquestration et homicide volontaire.

"Rien de fracassant" concernant ce témoignage, a glissé un avocat des parties civiles.

L'audience a ensuite été suspendue, à cause d'un problème de santé grave d'un proche du père de la victime, Jacky Kulik.

Ce témoignage était produit par Myriam H., commerçante de 47 ans, ancienne compagne de Christophe M. en 2012. C'est à cette époque que la police a conclu à la participation aux faits de Grégory Wiart, décédé en 2003, et proche de Christophe M.

Myriam H. avait affirmé vendredi qu'il y avait "eu beaucoup de coups de téléphone entre gars du 4X4", milieu que fréquentaient Grégory Wiart, Willy Bardon et Christophe M., quand l'implication du premier a été révélée, en janvier 2012, grâce à son empreinte ADN retrouvée sur la scène de crime.

Quelques semaines plus tard, Christophe M., dont le profil génétique pourrait correspondre avec un ADN mitochondrial retrouvé sur les lieux, avait été placé en garde à vue.

"Je me suis toujours posé la question - être impliqué je ne pense pas, être observateur de la scène, peut-être, savoir des choses, je pense oui", avait-elle déclaré à son propos.

En janvier 2002, le corps d'Elodie Kulik, directrice d'agence bancaire de 24 ans, avait été retrouvé dénudé et partiellement calciné à Tertry, à une vingtaine de km de Saint-Quentin. Sa voiture était découverte à six kilomètres de là, accidentée en bordure d'une route départementale.

Auteur(s): Par AFP - Amiens


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les avocats de Willy Bardon, Me Stéphane Daquo (g) et Marc Bailly font une déclaration à la presse avant l'ouverture du procès de leur client pour le meurtre d'Elodie Kulik en 2002

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-