Migrants: arrivée en France de 42 réfugiés du navire humanitaire Sea-Watch

Migrants: arrivée en France de 42 réfugiés du navire humanitaire Sea-Watch

Publié le 07/02/2019 à 18:38 - Mise à jour à 18:40
© FEDERICO SCOPPA / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Quarante-deux réfugiés débarqués du Sea-Watch, un navire humanitaire bloqué plusieurs jours en mer en début d'année, sont arrivés jeudi en France depuis Malte, a-t-on appris auprès de l'Office français d'immigration et d'intégration (Ofii).

Les 35 Érythréens, six Soudanais ainsi qu'un Somalien sont arrivés vers 09H00 à l'aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle, a précisé l'Ofii sur son compte Twitter.

Identifiés comme réfugiés à Malte par l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), ils ont été orientés vers les régions Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ces réfugiés s'étaient retrouvés au centre d'un énième bras de fer entre Européens en début d'année, Malte exigeant un accord de répartition avant d'autoriser leur débarquement. Au delà de 49 migrants sauvés par les navires humanitaires Sea-Watch et Sea-Eye, La Valette exigeait d'inclure 249 autres personnes que le petit pays méditerranéen avait secourues les jours précédents.

La France s'était alors engagée à accueillir 60 personnes. "Une autre arrivée aura lieu dans les prochains jours, la date n'a pas encore été fixée par l'Organisation internationale des migrations (OIM)", a précisé l'Ofii.

Les sauvetages de migrants par des navires humanitaires ont à chaque fois donné lieu à des crises diplomatiques depuis l'été, lorsque le ministre populiste de l'Intérieur Matteo Salvini a fermé les ports italiens aux bateaux d'ONG.

Le Sea-Watch, qui a depuis secourus 47 migrants en mer, est actuellement bloqué à Catane (Sicile) sur décision des garde-côtes italiens, ce qui fait qu'il n'y a plus de navires d'ONG au large de la Libye.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Quarante-deux réfugiés débarqués du Sea-Watch, un navire humanitaire bloqué plusieurs jours en mer en début d'année, sont arrivés jeudi en France depuis Malte, a-t-on appris auprès de l'Office français d'immigration et d'intégration (Ofii).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-