Mort de David: 28 ans de prison contre la mère et le beau-père

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Mort de David: 28 ans de prison contre la mère et le beau-père

Publié le 21/11/2020 à 09:04 - Mise à jour à 09:06
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Nantes
-A +A

Une peine de 28 ans de réclusion criminelle a été prononcée vendredi soir contre la mère et le beau-père de David, mort noyé à 8 ans dans la baignoire de l'appartement familial près de Nantes, où le petit garçon a été maltraité pendant des mois.

Dans le box des accusés, la mère a fait un malaise à l'annonce du verdict.

La peine est conforme aux réquisitions du parquet. "Il n'y a pas eu beaucoup de réelle émotion, de prise de conscience" de la part du couple qui a infligé à David ce qu'ils appelaient "la punition de baignoire", plongeant l'enfant nu, pieds et poings liés dans l'eau froide, a regretté l'avocate générale à l'issue de cinq jours de procès devant la cour d'assises de Loire-Atlantique.

Les récits glaçants des témoins et les débats n'ont pas permis d'expliquer précisément ce qui s'est noué dans le huis clos de l'appartement ce mercredi de janvier 2017 lorsque David est rentré de l'école.

Frustrée par un appel de l'institutrice, la mère a décidé de punir son garçon scolarisé en classe de CE1 à Saint-Herblain puis le beau-père a infligé des violences qu'il avait déjà fait subir à David par le passé: flexions, coups de règle, gifles et la punition de la baignoire.

"L'un a peut-être plus ou moins agi pendant plus ou moins longtemps" mais ils sont autant coupables l'un que l'autre, a estimé l'avocate générale qui a également requis le retrait de l'autorité parentale pour le couple poursuivi pour torture ou acte de barbarie ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

La cour a prononcé ce retrait de l'autorité parentale qui concerne un fils qu'ils ont eu ensemble en 2015, et cinq enfants que l'un et l'autre ont eu d'autres unions.

"C'est une peine très lourde donc c'est une peine décevante, on espérait une peine autre, peut-être une hiérarchie entre les deux accusés", a réagi l'avocat du beau-père de David, Loïc Cabioch.

"Le fait que tout ne soit pas éclairci, ça a été sans doute un obstacle et c'est sans doute ce qui a posé difficulté aux jurés dans leur décision", a-t-il poursuivi.

"Je voulais qu'il se comporte avec moi comme il se comportait avec ma mère, je voulais sentir qu'il avait besoin de moi", a expliqué la mère de David pour justifier le climat délétère dans lequel l'enfant a évolué à partir de son arrivée en France à l'été 2016, après avoir été élevé par sa grand-mère maternelle en Côte d'Ivoire.

"Le lien maternel entre elle et David n'était pas construit, n'a pas réussi à se construire pendant le court temps où David était en France", a estimé son avocat Jean-Edouard Robiou Du Pont, indiquant que la mère de David avait été affectée par l'attitude de son compagnon qui lui avait "caché sa relation et la naissance de deux autres enfants", des jumeaux nés d'une autre femme en octobre 2016.

Le petit garçon a été décrit par les adultes qui l'entouraient à l'école ou dans sa famille paternelle comme "câlin" et "en demande d'affection".

En larmes, sa tante a expliqué son regret de ne pas avoir pu "le voir une dernière fois, il aurait pu me faire un signe (...) par rapport à tout ce qu'il vivait là-bas".

"On ne peut pas faire ce qu'on veut avec nos enfants, non ce ne sont pas des objets de torture, non on ne cache pas nos enfants derrière les murs, il faut qu'ils sachent ça les parents maltraitants", a réagi Me Myriam Guedj Benayoun qui représente Innocence en danger, une des associations parties civiles au procès.

Auteur(s): Par AFP - Nantes

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une peine de 28 ans de réclusion criminelle a été prononcée vendredi soir contre la mère et le beau-père de David, mort noyé à 8 ans dans la baignoire de l'appartement familial prè

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-