Mosquée à Strasbourg: passe d'armes entre Darmanin et la maire EELV

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Mosquée à Strasbourg: passe d'armes entre Darmanin et la maire EELV

Publié le 23/03/2021 à 19:45 - Mise à jour à 21:20
© Thomas COEX / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Strasbourg
-A +A

Gérald Darmanin a accusé lundi la maire EELV de Strasbourg Jeanne Barseghian de subventionner "une mosquée soutenue par une fédération qui défend l'islam politique", des critiques rejetées par l'élue écologistes qui dit n'avoir "jamais été alertée sur ce projet".

"La mairie verte de Strasbourg finance une mosquée soutenue par une fédération" d'origine turque "qui a refusé de signer la charte des principes de l'islam de France et qui défend un islam politique", a tweeté dans la nuit de lundi à mardi M. Darmanin.

"Vivement que tout le monde ouvre les yeux et que la loi séparatisme soit bientôt votée et promulguée", a-t-il ajouté, avant de hausser encore le ton en fin de matinée en annonçant avoir demandé à la préfète du Bas-Rhin Josiane Chevalier de saisir la justice administrative de cette délibération.

M. Darmanin réagissait à l'adoption lundi par le conseil municipal de Strasbourg, au terme d'un vif débat, du "principe d'une subvention" de plus de 2,5 millions d'euros pour la construction de la mosquée Eyyub Sultan, portée par la Confédération islamique Millî Görüs (CIMG).

- "Projet ancien" -

Le chantier avait été initié en 2017 et un temps stoppé faute d'argent, et la CIMG a demandé il y a quelques mois une subvention à la municipalité.

Membre du Conseil français du culte musulman (CFCM), cette association avait refusé avec d'autres fédérations du CFCM de signer en janvier la "Charte des principes pour l'islam de France", texte promu par Emmanuel Macron dans sa lutte contre le séparatisme et qui réaffirme la "compatibilité" de la foi musulmane avec la République.

"J'ai été très surprise du fait que le ministre de l'Intérieur s'adresse à moi par voie de tweet", a réagi lors d'un point presse la maire de Strasbourg.

"Ce projet de mosquée (...) est un projet ancien, il ne date pas de ma mandature" mais "d'une dizaine d'années", a précisé la maire écologiste, élue lors des dernières élections municipales.

Mme Barseghian a également insisté sur le fait que le texte adopté lundi (42 voix pour, 7 contre) stipulait que le versement effectif de la subvention, qui fera l'objet d'un second vote, était conditionné à la présentation d'un "plan de financement" clair.

Si les garanties ne sont pas apportées, le versement de la subvention ne sera pas voté, a assuré lors du même point presse Jean Werlen, élu strasbourgeois chargé des cultes.

"On attend un plan de financement consolidé, notamment par rapport à la demande faite aux autres collectivités, de savoir quelle est la provenance des autres types de financement", ainsi qu'une "réaffirmation des valeurs de la République", a insisté Mme Barseghian.

Millî Görüs va solliciter l'aide de la Collectivité européenne d'Alsace et de la Région Grand Est "à hauteur de 8% chacune", dans le sillage de la Grande mosquée de Strasbourg inaugurée en 2012, rappelle le quotidien régional Les Dernières nouvelles d'Alsace (DNA).

En Alsace-Moselle, Eglise et Etat ne sont pas séparés du fait du régime concordataire et les collectivités participent au financement des lieux de culte.

La subvention que pourrait lui verser la mairie strasbourgeoise représente 10% du montant des travaux, un pourcentage habituel pour le subventionnement des lieux de culte, toutes confessions confondues, de la capitale alsacienne.

- "Amalgames" -

Si M. Darmanin "a des choses et des éléments à nous transmettre" sur Millî Görüs, "qu'il le fasse", a encore ajouté l'élue écologiste. "Avant le tweet publié ce matin par le ministre de l'Intérieur, l'Etat n'avait formulé jusqu'ici aucune contre-indication sur ce projet ni aucune alerte concernant les porteurs", a-t-elle souligné.

"Si cette association était un avatar de l'Etat turc, croyez-vous vraiment qu'elle ait besoin" de cette subvention?, a interrogé M. Werlen.

"M. Darmanin fait des amalgames, c'est vraiment regrettable", a réagi auprès de l'AFP Fatih Sarikir, secrétaire général de la CIMG.

"Nous sommes pour une charte qui vienne directement des mosquées, des fédérations, et qu'elle soit ensuite conclue par le CFCM", pas pour un texte préparé "par une ou deux ou trois personnes", a indiqué de son côté Eyup Sahin, délégué régional de la Confédération. "Si nous devons signer une charte, ce sera une charte sur laquelle nous aurons travaillé tous ensemble", a-t-il ajouté.

sm-maj-apz-dsa/bdx/or

Auteur(s): Par AFP - Strasbourg

PARTAGER CET ARTICLE :

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 2 mars 2021 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-