Municipales: vague écolo en vue

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Municipales: vague écolo en vue

Publié le 19/02/2020 à 10:00 - Mise à jour à 11:28
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Baptiste BECQUART - Paris (AFP)

-A +A

Nourrie par d'excellents sondages, l'hypothèse d'une vague verte inédite déferlant sur les élections municipales de mars se renforce. Mais pour décrocher des mairies, les candidats Europe Ecologie Les Verts savent qu'ils

"Ca donne le vertige": les cadres et candidats du parti, ces dernières semaines, sont parfois incrédules face à une situation nouvelle pour EELV.

Alors que tous les partis ont verdi leur discours, le dernier sondage à faire tourner les têtes concerne Bordeaux. L'avocat Pierre Hurmic est passé de moins de 20% il y a quelques mois à 33% d'intentions de vote la semaine dernière, talonnant l'héritier d'Alain Juppé Nicolas Florian (34%).

Pour expliquer cette dynamique, Pierre Hurmic évoque auprès de l'AFP les pics de chaleur dans une ville "à l'urbanisme très minéral" et le "retard accumulé" en matière d'écologie par la municipalité.

Mais le contexte est aussi favorable dans de nombreuses grandes villes, après des élections européennes où l'électorat urbain avait déjà plébiscité le bulletin EELV. Près d'un électeur sur deux (45%) envisage la possibilité de voter pour une liste du parti dans les villes de plus de 10.000 habitants, selon une enquête publiée le 7 février.

A Strasbourg, Jeanne Barseghian, soutenue par le PCF, est donnée gagnante au second tour avec 40% des voix en cas de soutien du PS. La juriste de 39 ans est méconnue mais bénéficie de l'étiquette EELV, la seule à être attractive en cette période de défiance contre les partis.

La candidate souligne la nécessité de ne pas se reposer sur ce sésame en écologie et rappelle que sa liste est composée en majorité de militants non encartés. "Mobilisations citoyennes, dans les entreprises (...). Ce qui fait la force de ce mouvement de fond est le fait qu’il sorte des cadres établis".

Son opposition à une autoroute de contournement et le ras-le-bol de Strasbourgeois particulièrement exposés à la pollution semblent également jouer.

- "Baronnies" -

Mais plus que la simple contestation, les candidats EELV entendent incarner l'alternative. Contrairement au "discours de lutte de La France insoumise, nous c'est Bordeaux apaisée: la transition se fera avec les habitants, on ne passera pas en force", confie Pierre Hurmic.

"On parle de transition et non de révolution, on ne capitalisera pas sur les peurs", abonde Sabrina Sebaihi, qui avec le soutien de LFI et du PS se présente à Ivry-sur-Seine contre les communistes, aux manettes depuis des décennies.

Les écologistes doivent aussi combattre leur image traditionnelle, qui les cantonne parfois "aux arbres et aux pots de fleurs", note Mme Sebaihi. Elle revendique ainsi son expertise sur la sécurité, préoccupation centrale pour ces élections municipales. C'est aussi une priorité déclarée de Béatrice Vessiller à Villeurbanne et d'Agnès Langevine à Perpignan.

La crédibilité est élevée au rang de vertu cardinale par le leader écologiste Yannick Jadot, qui veut attirer les électeurs déçus d'Emmanuel Macron. S'il partage cet objectif, Julien Bayou, le secrétaire national d'EELV, a d'autres références en tête lorsqu'il évoque "le socialisme municipal, sauce écolo".

Le spectre des remous internes jalonnant l'histoire du parti a d'ailleurs refait surface à Montpellier, où la tête de liste Clothilde Ollier a été désavouée par la direction nationale.

Pas de quoi briser la vague EELV, qui entraîne derrière elle la gauche plus ou moins unie à Besançon, Bordeaux, Strasbourg ou encore Toulouse, et creuse son sillon seule et sans sciller à Marseille, Nantes ou Lille.

Paul Vannier, en charge des municipales à LFI, ne cache pas son amertume: "On soutient parfois des têtes de liste EELV, mais la réciproque est beaucoup moins vraie..." Il critique un parti qui a selon lui surtout pour objectif "de constituer le plus grand nombre de baronnies locales et de devenir un parti d'élus locaux".

Un élu communiste espère pour sa part que les écologistes "ne finiront pas comme les socialistes" et "auront assez d’intelligence pour considérer que ce n'est pas parce qu’ils sont la force dominante qu’ils doivent être les premiers" de liste à tous les scrutins.

Auteur(s): Par Baptiste BECQUART - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La candidate écologiste à la mairie de Villeurbanne, Béatrice Vessiller, le 23 janvier 2020 dans sa ville

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-