Bientôt jugée pour l'attentat raté de Notre-Dame, Inès Madani condamnée à 8 ans de prison

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Bientôt jugée pour l'attentat raté de Notre-Dame, Inès Madani condamnée à 8 ans de prison

Publié le 12/04/2019 à 17:22 - Mise à jour à 21:28
© Benoit PEYRUCQ / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Six mois avant d'être jugée pour l'attentat raté de Notre-Dame en 2016, Inès Madani a été condamnée vendredi à une peine de huit ans de prison avec une période de sûreté des deux tiers pour des faits plus anciens, qui avaient révélé son rôle de mentor auprès d'aspirants jihadistes.

Les cheveux attachés en chignon, la jeune femme de 22 ans a accueilli ce jugement avec le sourire, après un procès de trois jours qui lui a permis d'expliquer ses agissements. Elle encourrait dix ans de prison. "Le tribunal vous a écoutée avec attention. Cette attention et cette reconnaissance vous l'aviez recherchée", a déclaré la présidente Isabelle Prévost-Desprez.

Dans ce dossier, il lui était notamment reproché d'avoir animé un groupe franco-belge sur la messagerie cryptée Telegram dans lequel elle a incité des hommes comme des femmes à partir pour la Syrie et à commettre des attentats en France, entre mars 2015 et juin 2016.

Dans une lettre, elle exhortait à commettre un attentat contre "les koufars (mécréants, ndlr) dégueulasses". Dans un deuxième courrier, elle listait les ingrédients nécessaires pour réaliser des explosifs.

Le parquet avait requis une peine de neuf ans d'emprisonnement assortie d'une période de sûreté des deux tiers. Inès Madani, jeune femme fragile, a "une personnalité déroutante", a souligné le procureur au début de ses réquisitions.

Elle a été "recrutée" par Oumar Diaw, surnommé Abou Barrou, un jihadiste influent du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, a rappelé Isabelle Prévost-Desprez à la lecture du jugement. Sur les réseaux sociaux, elle utilisait des pseudonymes de combattants pour avoir plus de poids.

Elle s'est ainsi faite passer pour Abou Souleymane, un jihadiste revenu de Raqa pour réaliser des attentats en France. "Vous aviez une certaine autonomie dans la gestion de votre personnage. (...) Votre détermination marque votre dangerosité", a déclaré la présidente du tribunal.

"C'est une décision acceptable", a réagi l'avocat d'Inès Madani, Me Laurent Pasquet-Marinacce. "C'était une gamine de 18 ans en quête de reconnaissance et d'amour, et qui a été instrumentalisée".

Inès Madani sera de retour devant la justice à l'automne, mais cette fois aux assises. Elle sera jugée du 23 septembre au 11 octobre pour avoir tenté d'enflammer une Peugeot 607 remplie de six bonbonnes de gaz devant la cathédrale Notre-Dame à Paris en septembre 2016.

Le tribunal jugeait deux hommes aux côtés d'Inès Madani. Cüneyt Kolankaya, qui jouait le rôle d'"émir" dans la cellule jihadiste franco-belge, a été condamné à la peine maximale de dix ans d'emprisonnement assortie d'une période de sûreté des deux tiers.

Il se faisait appeler Abou Oussama, en hommage à Ben Laden. Après avoir été refoulé de Turquie alors qu'il voulait se rendre en Syrie, il avait conservé le "rêve" de "mourir en martyr".

Mehdi Boury, qui était lui chargé de trouver de faux documents d'identité et des armes, a été condamné à six ans de prison, avec une période de sûreté des deux tiers. Il avait prêté allégeance au groupe Etat islamique. "Mon rêve, c'est de revenir avant cette affaire", a-t-il dit au tribunal. "J'ai fait des bons choix dans ma vie et des mauvais. Celui là, c'était un mauvais".

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Une peine de 9 ans d'emprisonnement assortie d'une période de sûreté des deux tiers a été requise vendredi contre Inès Madani.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-