Noël: les recettes anti-Covid pour profiter de la fête

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Noël: les recettes anti-Covid pour profiter de la fête

Publié le 24/12/2020 à 13:37 - Mise à jour à 13:44
© JOEL SAGET / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Juliette COLLEN - Paris (AFP)
-A +A

Offrez des pulls pour pouvoir aérer au maximum, mangez en quinconce, nommez un capitaine de soirée: profiter de Noël sans trop risquer de transmettre le coronavirus, c'est possible à condition de suivre quelques conseils d'experts, qui devraient permettre de "limiter la casse".

Même si la fête se passe en comité réduit (six personnes maximum) comme il est recommandé, il faut garder en tête que le repas de Noël, qui brasse souvent les générations, est une "occasion de transmission virale" puisque qu'on est "contraints" de retirer le masque, rappelle Santé publique France.

- Accolades

Evitez les bises en arrivant, gardez le masque et lavez-vous les mains. Restez prudent même si vous avez déjà eu le Covid-19, ou pensez l'avoir eu, car "l'immunité est capricieuse", a souligné le Dr Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches, jeudi sur RTL.

Les tests réalisés juste avant ne sont pas non plus "un totem d'immunité", a averti le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Si vous avez besoin de contact, privilégiez les accolades, comme les Américains. Quant aux enfants, vous pouvez faire un petit bisou sur la tête: "c'est complètement acceptable" car le risque de transmission des enfants vers les adultes est moindre, selon l'infectiologue de Raymond-Poincaré.

- De l'air !

L'apéritif démarre, les masques tombent, on parle plus fort... Les postillons risquent de fuser. Il faut alors veiller à maintenir les distances (entre 1 et 2 mètres), surtout avec les personnes vulnérables. Et, par dessus tout, "aérer, aérer, aérer", comme l'a enjoint le Pr Eric Caumes, infectiologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. En diminuant les particules virales en suspension (aérosols), la ventilation réduit "d'un facteur dix les contaminations", insiste le Dr Davido.

L'épidémiologiste Antoine Flahaut suggère même de remplacer le coin du feu par "une petite promenade" dehors. Et s'il fait trop froid, pourquoi ne pas glisser des pulls ou des châles sous le sapin ?

Entre deux gorgées ou bouchées, les médecins recommandent de remettre le masque, sans oublier de se recouvrir le nez. "Même si seulement une ou deux personnes le portent, ça va diminuer le nombre de contaminations", insiste le Dr Davido, rappelant que les masques bloquent 99,9% des grosses gouttelettes à risques, comme l'a montré cette semaine une étude parue dans Royal Society Open Science.

- Cadeaux: pas d'affolement

Peut-on piocher dans le même bol de chips ? "Il faudrait vraiment de grosses quantités de virus sur les mains" et "il n'y a pas de preuve scientifique de contamination par la digestion", rassure le Dr Davido. L'acide gastrique, notamment, "tue une partie du virus", explique-t-il.

De même, il est "illusoire" selon lui de ramener ses propres coupes de champagne ou couverts - qui sont de toute façon désinfectés au lavage.

Pour la distribution des cadeaux, pas de panique car "il n'y a pas de preuve de transmission indirecte du virus par les surfaces inertes". Il est tout de même mieux de se re-laver les mains avant.

- "Capitaine de soirée"

En préparant le repas, gardez le masque, mais pas la peine d'enfiler des gants. On peut désigner un ou une "capitaine de soirée", chargé d'aller chercher plats et boissons au cours du dîner, afin d'éviter les embouteillages en cuisine.

A table, placez-vous en quinconce, mettez une rallonge quand c'est possible, l'idée étant de maintenir les distances. On peut aussi faire deux tables, en séparant les plus vulnérables, et en regroupant les personnes d'un même foyer.

La formule buffet? Une fausse bonne idée "si c'est pour se retrouver tous à la +queue leu leu+" selon le Dr Davido.

A la fin du repas, on remet le masque. Et on ne s'attarde pas trop, bien que le couvre-feu soit exceptionnellement levé.

"C'est un grand galop d'essai qu'il faut essayer de réussir du mieux qu'on peut si on veut limiter la casse", a conclu l'infectiologue. Et empêcher une troisième vague.

Auteur(s): Par Juliette COLLEN - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Offrez des pulls pour pouvoir aérer au maximum, mangez en quinconce, nommez un capitaine de soirée: profiter de Noël sans trop risquer de transmettre le coronavirus, c'est possible

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-