Novices et "inventeurs en série" s'affrontent au concours Lépine

Novices et "inventeurs en série" s'affrontent au concours Lépine

Publié le 03/05/2019 à 11:52 - Mise à jour à 17:18
© Christophe ARCHAMBAULT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Aglaé WATRIN - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

"Je ne concours plus pour une médaille mais pour le podium": Jacques Pitou, inventeur d'un "drone pompier" pour lutter contre les reprises d'incendies, espère que la 118e édition du concours Lépine, organisé à la Foire de Paris, sera l'année de sa consécration.

Cet ancien publicitaire de 52 ans a plus de 35 brevets à son actif mais n'a encore jamais remporté la première place du célèbre concours après 13 participations. Des casernes des Landes, sa région, seraient déjà intéressées par son "drone bombardier" qui recharge ses réservoirs en se posant sur l'eau.

Organisé chaque année depuis 1901, sur une idée du préfet de police de l'époque, Louis Lépine, le concours est un vrai tremplin dans la vie d'un inventeur, permettant aux novices de passer de l'ombre à la lumière auprès des investisseurs, ou de trouver des distributeurs pour les projets les plus aboutis.

Certaines éditions ont fait émerger des objets devenus indispensables comme le stylo à bille, le presse-purée, le fer à repasser à vapeur ou les lentilles de contact.

"Je connais la machine Lépine et j'ai pris en expérience", assure à l'AFP M. Pitou.

Il ne semble pas craindre la concurrence mais garde un œil sur les 500 autres inventeurs présents à la Foire de Paris. "Plus le projet est ambitieux, plus vous vous mettez la pression", reconnaît-il, en se préparant à une visite surprise du jury.

Joseph Collibault, 72 ans, est lui aussi un inventeur en série. Son scooter tout terrain pour personnes à mobilité réduite est le troisième brevet qu'il dépose auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI), étape obligatoire pour participer au concours.

"Il y a des tas de choses à inventer ! Il suffit de se balader et de regarder les problématiques des gens", explique-il, racontant avoir eu l'idée de son véhicule en discutant avec un centenaire enfermé chez lui, faute de fauteuil adapté aux graviers, jardins et terrains difficiles.

Face aux plus expérimentés, d'autres soumettent leur première invention sous forme de maquettes et prototypes.

"Certains présentent des projets plus aboutis que d'autres et ont participé plusieurs fois, mais ce n'est pas la répétition des participations qui compte", souligne à l'AFP René-Georges Lavergne, président du jury. "Tous ont travaillé et savent de quoi ils parlent car c'est leur +bébé+".

- de vraies "success stories" -

Comme Clément Minière, ancien ingénieur, qui présente sa ruche connectée, destinée aux particuliers voulant s'essayer à l'apiculture. Des capteurs informent en direct sur la santé des abeilles via une application.

Ou encore Gil Valadar et ses amis de l'Université Paris Sorbonne qui ont eu l'idée d'une poignée portative s'accrochant aux barres de métro pour éviter tout contact avec bactéries et microbes.

"De nombreux participants qui présentaient leur première invention ont gagné", assure M. Lavergne. "On a connu de vraies +success story+ de jeunes", rapporte-t-il, évoquant notamment Guillaume Rolland, 18 ans lors de sa participation en 2014, dont le réveil sensoriel a été incubé par Google en Europe et est désormais commercialisé par la société Becent fondée par l'inventeur en herbe.

Gina Perier, une architecte de 25 ans, n'a, pour sa part, pas vocation à devenir inventrice mais tient à faire connaître son urinoir féminin, installable dans les lieux publics, au nom de son engagement dans la défense des droits des femmes.

Les inventrices ne représentent encore que 1% des participants, selon les organisateurs.

Parmi elles également, Macha Brizay: "après 24 ans à travailler dans la lingerie, je me suis rendue compte que j'étais le cordonnier le plus mal chaussé", s'amuse-t-elle, en enfilant sa "braxière" à scratchs, un soutien-gorge sans armature ni agrafes, pensé aussi pour les femmes ayant subi l'ablation d'un sein.

D'autres aiment à se penser comme un pont entre générations d'inventeurs. Pascal Lemaur, un professeur de technologie proche de la retraite, est venu accompagné de ses collégiens pour présenter leur "gilet connecté". En contact avec l'eau, celui-ci envoie un SMS aux secours avec les coordonnées GPS de la victime.

"L'idée est née il y a quatre ans après qu'une élève a perdu son oncle noyé dans un port", confie M. Lemaur.

542 inventions sont en lice cette année, les prix seront remis le 7 mai.

En 2018, c'est le "MedPack", une station médicale extra-hospitalière mise au point par Samuel Mercier, un infirmier urgentiste aux pompiers de Paris, qui avait été récompensé.

Auteur(s): Par Aglaé WATRIN - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les inventeurs et participants au concours Lépine Jacques Pitou (à droite) et Pierrick Duret (à gauche) posent à côté de leur invention, un "drone bombardier", le 30 avril 2019

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-