Oise: démantèlement d'un réseau de proxénétisme sur internet

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Oise: démantèlement d'un réseau de proxénétisme sur internet

Publié le 30/01/2018 à 11:53 - Mise à jour à 12:02
© JEFF PACHOUD / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Lille
-A +A

Les proxénètes passaient des annonces sur les sites "vivastreet" et "wannonces": leur réseau a été démantelé en janvier par la bridage de recherches de la gendarmerie de Senlis (Oise), a annoncé le parquet de cette ville mardi.

Les enquêteurs ont exploité "dès le mois d'octobre 2017 un renseignement faisant état de proxénètes qui se chargeaient de placer des annonces de prestations sexuelles tarifées sur des sites internet tels que +vivastreet+ ou +wannonces+", a rapporté le parquet dans un communiqué.

"Les jeunes filles, originaires pour la plupart de la région de Pont Sainte-Maxence (Oise), étaient équipées de téléphones portables jetables pour leurs contacts avec la clientèle, les proxénètes se chargeant en outre d'assurer les réservations et les transports", a ajouté cette source.

"Certaines d'entre elles avaient débuté cette activité alors qu'elles étaient encore mineures", a-t-elle précisé.

Les enquêteurs ont également démontré, selon le parquet, que "certaines filles subissaient également des menaces de la part de certains proxénètes, en ce qu'elles devaient leur rembourser parfois des frais avancés pour la réalisation de leurs prestations".

Le 22 janvier, sept personnes ont été interpellées puis placées en garde à vue; trois ont été finalement déférées en comparution immédiate le 24 janvier et condamnées respectivement à des peines de 19 mois avec sursis, 15 et 12 mois d'emprisonnement ferme.

Auteur(s): Par AFP - Lille

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Photo d'archives d'un gendarme de la brigade de répression de la cybercriminalité , le 21 février 2011 dans les locaux de la gendarmerie de Dijon.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-