Plaidoyer de Macron pour le nucléaire, y compris pour le futur porte-avions

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Plaidoyer de Macron pour le nucléaire, y compris pour le futur porte-avions

Publié le 08/12/2020 à 19:48 - Mise à jour à 19:50
© Laurent Cipriani / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Laurence BENHAMOU avec Mathieu RABECHAULT - Le Creusot (France) (AFP)
-A +A

"Notre avenir énergétique et écologique passe par le nucléaire": Emmanuel Macron a plaidé avec force mardi pour que le nucléaire reste le pilier de l'énergie civile et militaire en France, y compris comme mode de propulsion du futur porte-avions, qui succèdera au Charles-de-Gaulle.

C'est lors d'une visite dans le fleuron de la filière nucléaire française, l'usine Framatome du Creusot et sa forge unique en Europe, que le chef de l'Etat a énuméré les avantages qu'il voit dans le nucléaire. En premier lieu il a cité l'absence d'émissions de carbone, argument souvent utilisé comme une réponse aux critiques des écologistes sur cette énergie.

Pour le chef de l'Etat, l'autonomie stratégique de la France, "c'est bien sûr la dissuasion, dans toutes ses composantes, c'est bien sûr la propulsion de nos sous-marins nucléaires lanceurs d'engins comme d'attaque, c'est aussi la propulsion nucléaire de nos porte-avions".

"C'est pourquoi j'ai décidé que le futur porte-avions qui dotera notre pays et notre marine sera comme le Charles-de-Gaulle à propulsion nucléaire", a-t-il déclaré lors d'un déplacement sur ce site qu'il connaît bien, puisqu'il avait participé à sa restructuration en 2015-2016, en tant que ministre de l'Economie.

Une autre raison conduisant à ce choix plutôt qu'à une propulsion diesel, moins coûteuse, tient à la préservation des compétences "techniques, technologiques et industrielles sur toute la filière" sur le long terme. Le futur porte-avions sera beaucoup plus massif que l'actuel.

Il fera 75.000 tonnes pour environ 300 mètres de long, contre 42.000 tonnes pour 261 mètres pour le Charles-de-Gaulle, soit davantage que les deux porte-aéronefs britanniques, mais moins que les 11 porte-avions américains, selon le cabinet de la ministre des Armées Florence Parly.

- "Pourvu que" -

"Le nucléaire restera la pierre angulaire de notre autonomie stratégique", a d'ailleurs affirmé Emmanuel Macron, pour qui nucléaire civil et militaire sont indissolublement liés.

"Pourvu qu'on progresse sur les déchets et la sûreté, le nucléaire est une énergie décarbonée, une énergie sûre" qui doit rester "un pilier de notre mix énergétique", a-t-il estimé, tout en demandant également "un très haut niveau d'énergies renouvelables".

Le chef de l'Etat s'est engagé au début de son quinquennat à ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2035, contre environ 75% actuellement.

S'il a répété n'avoir "jamais été partisan du tout-nucléaire" parce qu'il est nécessaire de ne pas dépendre d'une seule source, "l'atome doit continuer à être un pilier pour les décennies à venir".

"Renoncer au nucléaire, totalement ou trop rapidement, ce serait ouvrir comme d'autres pays l'ont fait des centrales à charbon ou à gaz ou importer de l'énergie carbonée. Et cela, nous nous y sommes refusés", a-t-il encore souligné.

En même temps, "la production d'énergie renouvelable (...) doit fortement augmenter, car la France aujourd'hui n'est pas au rendez-vous, ni de ses engagements, ni de ses ambitions". Un conseil de défense écologique mardi matin a ainsi planché sur le développement de l'éolien terrestre.

Son message pro-nucléaire a été accueilli avec satisfaction par le patron d'EDF Jean-Bernard Levy. "C'est une nouvelle page", "une renaissance du nucléaire français", a-t-il dit à des journalistes en marge de la visite. Plusieurs syndicalistes de Framatome ont aussi remercié Emmanuel Macron de son soutien.

La présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay lui demande elle "ne pas oublier Belfort"- où General Electric s'apprête à supprimer 240 postes- et sa filière nucléaire "hautement stratégique".

La position présidentielle est en revanche critiquée avec virulence par Greenpeace, indignée de voir le président de la République présenter le nucléaire comme un atout de la stratégie française pour le climat, à quatre jours de la célébration samedi des 5 ans de l'Accord de Paris.

"En pleine période d’arbitrages autour des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le Président de la République visite l’usine de Framatome au Creusot et sabote une nouvelle fois les engagements climatiques de la France en brandissant la fausse solution nucléaire", a lancé l'organisation écologiste.

"Emmanuel Macron veut faire oublier ses errements face à la convention citoyenne", ajoute Greenpeace, qui dénonce dans le nucléaire une industries trop lente et trop chère. Le Conseil européen de jeudi et vendredi "pourrait également être une démonstration de l’aveuglement nucléaire d’Emmanuel Macron", selon Greenpeace.

Emmanuel Macron est resté prudent sur l'hypothèse de nouveaux EPR français après celui de Flamanville, qui devrait entrer en service en 2023 après de multiples retards, mais a souhaité que l'étude commandée à EDF "s'achève dans les prochains mois afin que tous les éléments nécessaires soient disponibles avant la fin du quinquennat" en 2022. Une décision pourrait ensuite être prise "au plus tard en 2023 lorsque Flamanville 3 sera entré en service".

Auteur(s): Par Laurence BENHAMOU avec Mathieu RABECHAULT - Le Creusot (France) (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmanuel Macron (C) face à la maquette d'un nouveau porte-avions à propulsion nucléaire, le 8 décembre 2020, lors d'une visite sur le site Framatome du Creusot

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-