Plus de 90 millions d'euros d'amendes à l'encontre d'un "cartel du jambon"

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Plus de 90 millions d'euros d'amendes à l'encontre d'un "cartel du jambon"

Publié le 16/07/2020 à 13:35 - Mise à jour à 18:32
© Damien MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Myriam LEMETAYER - Paris (AFP)

-A +A

Réunions secrètes dans des hôtels, coups de téléphone répétés... Douze industriels du jambon et de la charcuterie ont été condamnés jeudi à payer 93 millions d'euros au total pour des ententes sur les prix entre 2010 et 2013.

La plus forte sanction (35,5 millions d'euros) décidée par l'Autorité de la concurrence concerne le leader français de la production porcine, la coopérative Cooperl, qui possède six sites de fabrication de charcuterie et détient la société Brocéliande.

Suivent, le groupe de distribution Les Mousquetaires (Intermarché, Netto), qui fabrique des produits sous ses propres marques comme Monique Ranou (31,7 millions), et le groupe Fleury Michon (près de 14,8 millions).

Ces trois groupes ont annoncé qu'ils feraient appel.

Le groupe suisse Coop, l'industriel Savencia (marques Bordeau Chesnel, Saint Agaûne) ou encore le géant de l'agroalimentaire suisse Nestlé, maison mère de la société Herta, figurent également parmi les entreprises sanctionnées.

"Les industriels concernés (les +charcutiers-salaisonniers+) se coordonnaient pour acheter moins cher les pièces de jambon auprès des abatteurs ou s'entendaient par ailleurs sur les hausses de prix des produits charcutiers qu'ils entendaient pratiquer auprès des enseignes de la grande distribution, pour leurs marques de distributeurs (MDD) ou +premiers prix+", rapporte l'Autorité de la concurrence dans un communiqué.

Elle souligne que "les ententes ont concerné de très nombreux produits de consommation courante (jambon cru, jambon cuit, saucissons, rosette, chorizo...)".

Concernant l'entente sur le prix de la matière première, "les charcutiers-salaisonniers se contactaient individuellement par téléphone avant le début des négociations avec les abatteurs, généralement le jeudi après-midi ou le vendredi matin, afin d'aboutir à une position commune de négociation", décrit l'Autorité.

Pour les prix destinés à la grande distribution, les échanges incriminés "ont eu lieu, s'agissant des produits crus/secs de charcuterie, à travers de multiples échanges téléphoniques bilatéraux ainsi que lors d'au moins six réunions multilatérales secrètes entre concurrents dans des hôtels de Paris et de Lyon", ajoute-t-elle.

- Une "manipulation", selon la Cooperl -

Les pratiques ont "notamment été révélées grâce à la procédure de clémence, qui permet aux entreprises ayant participé à une entente d'en dévoiler l'existence à l'Autorité et d'obtenir, sous certaines conditions, le bénéfice d'une exonération totale ou partielle de sanction pécuniaire", précise l'Autorité.

"En l'espèce, deux groupes, Campofrio et Coop, ont sollicité la clémence et apporté des éléments à l'instruction", est-il indiqué. Ils ont néanmoins été sanctionnés, à hauteur respectivement d'un et six millions d'euros.

La demande de clémence de Campofrio, qui commercialise notamment les marques Aoste et Jean Caby, remonte à octobre 2012.

La Cooperl a dénoncé une "manipulation": "cette décision sanctionne de manière extrêmement lourde un groupe coopératif sur la base d'éléments aussi faux que calomnieux qui ont été créés de toutes pièces par un groupe concurrent".

Elle estime que l'accusation est "basée sur un seul document", le carnet dans lequel le directeur commercial de la société Aoste a consigné ses échanges avec ses concurrents. Il s'agit, selon la Cooperl, d'"un faux tant dans la forme que dans le fond" qui "constitue l'instrument d'une véritable escroquerie au jugement".

Dans sa décision, l'Autorité affirme qu'il n'y a "pas lieu de remettre en cause l'authenticité matérielle du carnet".

Le groupe Les Mousquetaires souligne de son côté que "ses filiales concernées réfutent et contestent les griefs qui leur sont reprochés".

Fleury Michon "regrette que l'Autorité de la concurrence n'ait pas tenu compte des éléments qu'elle a communiqués pour sa défense" et "déplore d'autant plus la décision de l'Autorité de la concurrence que la sanction pécuniaire est particulièrement lourde et frappe un secteur fragilisé".

L'Autorité dit avoir, "pour déterminer le montant des sanctions (...) notamment pris en compte l'existence du fort pouvoir de négociation des enseignes de la grande distribution - qui a limité dans une certaine mesure l'effet des pratiques sur les prix à la consommation -, la situation économique dégradée du secteur de la charcuterie-salaison, ainsi que les difficultés financières individuelles rencontrées par certaines entreprises".

Le 13 février 2013, l'Autorité avait condamné à 4,5 millions d'euros d'amende cinq abattoirs bretons pour avoir "diminué de façon coordonnée leurs abattages de porcs" en 2009 afin de faire baisser le prix de la viande payé aux éleveurs.

Auteur(s): Par Myriam LEMETAYER - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


"Les ententes ont concerné de très nombreux produits de consommation courante (jambon cru, jambon cuit, saucissons...)", selon l'Autorité de la concurrence

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-