Macron et la classe politique française commémorent le génocide arménien

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Macron et la classe politique française commémorent le génocide arménien

Publié le 24/04/2021 à 13:24 - Mise à jour à 21:06
© Bertrand GUAY / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

Emmanuel Macron et la classe politique française ont largement rendu hommage aux victimes du génocide arménien, en ce samedi 24 avril, Journée nationale de commémoration du génocide de 1915, au moment où Joe Biden devenait le premier président américain à le reconnaître.

Une trentaine de pays ont reconnu le génocide arménien par les troupes de l'Empire Ottoman pendant la Première Guerre mondiale, mais il est vigoureusement contesté par la Turquie.

Emmanuel Macron s'est rendu samedi midi devant un mémorial du génocide arménien au centre de Paris, où il s'est recueilli aux côtés de la maire de Paris Anne Hidalgo, de l'ambassadrice d'Arménie Hasmik Tolmajyan, ainsi que des coprésidents du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France, Ara Toranian et Mourad Papazian, a constaté l'AFP.

Il a souligné le "devoir" d'empêcher "l'oubli, le déni, le mensonge", dans une lettre adressée à son homologue arménien Armen Sarkissian et dont l'AFP a eu copie, appelant à "construire une nouvelle page" de paix et de réconciliation, en allusion au récent conflit au Nagorny-Karabakh.

Mourad Papazian, reçu par Emmanuel Macron dans la matinée, a lui souligné lui avoir fait part de la tristesse de la communauté arménienne de France "qui est en colère également, parce que personne n'est intervenu pour sauver les Arméniens au moment où ils étaient attaqués par une force de frappe additionnelle de la Turquie et de l'Azerbaïdjan".

Il a participé dans l'après-midi à une autre cérémonie devant ce même mémorial érigé en 2003 place du Canada, en présence de la maire de Paris Anne Hidalgo, du porte parole du gouvernement Gabriel Attal et de la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse.

"On met beaucoup beaucoup d'espoir aussi, dans la position du président Biden qui va certainement aussi aider à faire reconnaître et le génocide, et ce que signifie l'Arménie, qui porte des valeurs universelles, en fait, l'Arménie, c'est une petite terre de résistance dans un territoire qui lui est très, très hostile", a déclaré la maire socialiste de Paris aux journalistes après la commémoration.

"Assez discuté, on veut la justice", clamait une pancarte brandie par un groupe d'une centaine de manifestants, tenus à distance des représentants officiels.

"Je trouve que cette année avec tout ce qui s'est passé sur le sol français, avec les +Loups gris+ [groupe ultranationaliste turc, NDLR], tout ce qui se passe avec Erdogan (...) Je suis toujours là chaque année, mais alors cette année, c'est ras-le-bol avec une protestation encore plus grande que d'habitude", a dit Martine, une manifestante à l'AFP.

- "Souveraineté inaliénable" -

Sur Twitter, Marine Le Pen a elle estimé que "le négationnisme provocateur de la Turquie d'Erdogan est insupportable pour tous les descendants de victimes".

"Face à ceux qui nient la réalité du #génocide, face à ceux qui vous contestent le droit d’exister, en #Azerbaidjan, en #Turquie comme en France, je me tiens à vos côtés", a twitté Renaud Muselier, président LR de la région PACA.

Le patron des sénateurs socialistes Patrick Kanner a lui salué le président LR du Sénat Gérard Larcher qui était à Erevan pour "témoigner son attachement au peuple arménien et à sa souveraineté inaliénable".

"Un jour de combat pour la vérité, pour la justice, la paix, la fraternité dans le monde", a également twitté l'ancienne ministre socialiste Najat Vallaud-Belkacem.

En février 2019, le chef de l'Etat avait annoncé que le 24 avril deviendrait Journée nationale de commémoration du génocide arménien, que la France a reconnu le 29 janvier 2001. C'est la première fois depuis qu'il participe à une commémoration officielle de cette journée.

Cette commémoration s'inscrit sur fond de tensions entre la France et la Turquie, régulièrement accusée d'ingérence auprès des musulmans français. La loi contre le séparatisme islamiste voulue par Emmanuel Macron, qui veut notamment lutter contre les influences étrangères sur les musulmans français, a également suscité une violente réaction du président turc contre Paris.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Le président Emmanuel Macron se recueille, aux côtés de la maire de Paris Anne Hidalgo, devant le mémorial du génocide arménien, le 24 avril 2021 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-