Pour Macron, la lutte contre la pauvreté passe par les enfants et les jeunes

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Pour Macron, la lutte contre la pauvreté passe par les enfants et les jeunes

Publié le 17/10/2017 à 18:18 - Mise à jour à 20:40
© Michel Euler / POOL/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Emmanuel Macron a annoncé mardi, lors d'une déjeuner à l'Elysée avec des associations, puis dans une crèche de la banlieue parisienne, une nouvelle stratégie de lutte contre la pauvreté, qui ciblera en priorité enfants et jeunes démunis.

A l'occasion de la 30e Journée mondiale du refus de la misère, le président, entouré de quatre de ses ministres (Solidarités, Education, Travail, Egalité femmes-hommes), a réuni les principales associations ainsi que des chercheurs et des entreprises, pour donner le coup d'envoi d'une concertation qui doit déboucher vers mars-avril sur un plan d'action.

A la sortie, plusieurs représentants d'associations ont salué "une réunion positive" mais se sont interrogés sur les moyens prévus et se sont inquiétés de la priorité donnée aux enfants et aux jeunes.

Pour les rassurer, la ministre des Solidarités Agnès Buzyn a assuré que cette "approche renouvelée", qui partira "d'initiatives locales", sera "interministérielle", impliquant les politiques du logement, de l'éducation nationale, du travail et de la formation.

Le gouvernement entend également poursuivre les efforts en faveur de l'"accès aux droits", a-t-elle précisé, alors que de nombreuses personnes ne demandent pas les prestations auxquelles elles sont éligibles.

Des actions engagées sous le précédent quinquennat seront poursuivies, a assuré Mme Buzyn, citant notamment "la garantie jeunes", un dispositif d'accompagnement pour les 16-25 ans très éloignés de l'emploi.

"Il y a une volonté d'agir sur plusieurs plans, dont la lutte contre la grande pauvreté", a salué Patrice Blanc, président des Restos du Coeur, à sa sortie de l'Elysée. Quant à la question des moyens, "le président nous a indiqué qu'ils seraient dégagés quand la route serait tracée".

"Partir de l'enfance va permettre de travailler sur l'ensemble de l'accès aux droits : logement, travail pour les parents, accès à l'éducation, santé, culture", a estimé Claire Hédon, présidente d'ATD Quart Monde, saluant "un dialogue de qualité, après les fortes incompréhensions" suscitées pendant l'été par les baisses des APL et des contrats aidés.

- 9 millions de personnes sous le seuil de pauvreté-

Comme d'autres associations, elle a cependant exprimé ses "inquiétudes" sur le niveau des minimas sociaux : après les revalorisations annoncées du minimum vieillesse, de l'allocation pour adultes handicapés et de la prime d'activité, il n'y a "rien sur le RSA".

ATD Quart monde a organisé en fin de journée un rassemblement sur l'esplanade du Trocadéro, auquel a participé Mme Buzyn, a constaté une journaliste de l'AFP.

François Soulage, président du collectif d'associations Alerte, a senti "une petite ouverture" sur les bénéficiaires du RSA. Selon lui, le président estime "qu'on peut trouver des solutions qui permettent d'améliorer la situation des personnes, dès lors qu'elles se mettent en route sur un projet".

Selon l'Insee, 13,9% de la population vivaient sous le seuil de pauvreté en 2016, soit près de 9 millions de personnes. Un enfant sur cinq en France, soit 3 millions, vit sous ce seuil.

L'après-midi, Emmanuel Macron a passé deux heures dans la crèche privée "Les Petits Chaperons rouges" de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) qui met l'accent sur l'apprentissage précoce du langage, considéré comme un atout clé tout au long de la vie, à travers un programme national baptisé "Parler Bambin".

Pour la politique contre la pauvreté, "nous allons faire un très gros focus sur la petite enfance et l'enfance", a déclaré le chef de l'Etat à l'issue de cette visite, après avoir longuement parlé avec élus, éducatrices et parents. "Cela permet aussi d'insérer les parents, c'est un vrai investissement social. Tout se tient", a-t-il poursuivi, citant également ses projets en matière de politique du logement, la division par deux des effectifs des classes de CP dans les zones défavorisées ainsi qu'un "combat de l'orientation" car "si vous êtes en 3e dans une classe difficile vous n'êtes pas le mieux conseillé".

Juste avant sa visite, des élus PCF de Gennevilliers, dont le maire Patrice Leclerc, ainsi que quelques dizaines de militants PCF et CGT de l'OPH (Office pour l'Habitat), le plus gros bailleur social de la ville, s'étaient rassemblés devant la crèche pour protester contre la baisse des aides au logement. Une compagnie de CRS les a repoussés plus loin.

Ils ont ensuite refusé une proposition de rencontrer le président en délégation, a indiqué l'Elysée. Le maire a protesté dans un communiqué contre un accueil "à coups de matraques".

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le président Emmanuel Macron dans une crèche de Gennevilliers au nord de Paris, le 17 octobre 2017

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-