Prison de Meaux: garde à vue pour trois surveillants accusés de viol par un détenu

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Prison de Meaux: garde à vue pour trois surveillants accusés de viol par un détenu

Publié le 16/10/2017 à 12:28 - Mise à jour à 17:10
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Trois surveillants, accusés de viol par un détenu du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne), ont été placés en garde à vue lundi, a appris l'AFP de sources proches de l'enquête.

Les surveillants avaient été convoqués dans la matinée dans les locaux de la police judiciaire de Meaux, selon l'une de ces sources.

Une enquête a été ouverte après la plainte d'un détenu qui les accuse de viol avec une matraque. Les faits allégués remontent à fin septembre, ont indiqué à l'AFP des sources proches de l'affaire.

Ces trois surveillants, dont un gradé, nient les faits qui leur sont reprochés, avait rapporté la semaine dernière une source proche du dossier.

Le parquet de Meaux et la Direction de l'administration pénitentiaire n'ont pas souhaité s'exprimer lundi sur le sujet.

L'administration pénitentiaire avait déclaré le 11 octobre qu'une "demande d'explication" avait "été adressée aux agents concernés afin de prendre les mesures adaptées".

Elle précisait que la direction de l'établissement avait elle-même "avisé" le parquet.

"N'ayant pas accès au dossier médical, nous ne pouvons pas donner d'indications sur l'état de santé de la personne détenue", avait-elle ajouté.

Selon M6 qui a révélé l'affaire, "après une tentative de rébellion" le détenu "aurait été immobilisé par trois surveillants" et "l'un des surveillants l'aurait alors violé à l'aide d'une matraque".

L'objet incriminé serait en fait une barre de sondage, servant à tester l'intégrité des barreaux, avait précisé à l'AFP la source proche du dossier.

"Ces allégations sont infondées et impossibles", avait réagi un représentant syndical.

pta-tll-sb-myl/mig/jcc

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Trois surveillants, accusés de viol par un détenu du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne), ont été placés en garde à vue

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-