Procès Haurus: l'agent de la DGSI voulait "mettre du beurre dans les épinards"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Procès Haurus: l'agent de la DGSI voulait "mettre du beurre dans les épinards"

Publié le 15/06/2021 à 16:27 - Mise à jour le 16/06/2021 à 14:05
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Leo MOUREN - Nanterre (AFP)
-A +A

Ancien agent de la DGSI, "Haurus" risque dix ans de prison pour avoir vendu des informations confidentielles sur le "darknet". Au premier jour de son procès devant le tribunal correctionnel de Nanterre, il a expliqué mardi avoir agi par appât du gain, jusqu'à "perdre pied avec la réalité".

Baskets blanches, jeans, chemise et masque noir siglé du drapeau tricolore, l'homme de 35 ans, qui travaillait dans une unité antiterroriste de la Direction générale de la sécurité intérieure, raconte d'un ton calme et assuré avoir commencé à fréquenter le "darknet" pour le travail en 2017, dans le cadre d'une enquête sur le financement d'un projet d'attentat.

Là, sur un forum, il dit avoir rencontré un faussaire ayant "pignon sur rue".

Séduit par l'idée de pouvoir mettre "du beurre dans les épinards" alors qu'il est endetté, l'enquêteur spécialisé sur l'islam radical se met à fournir au faussaire de vraies informations servant à la fabrication de faux documents administratifs, carte grise ou permis de conduire.

"Ça me prenait cinq minutes par jour (...) ça ne me semblait pas grand chose", confesse-t-il à la barre.

Puis lui vient l'idée de fournir des informations plus détaillées auxquelles il a accès grâce à son travail: dernière adresse connue, antécédents judiciaires, destinations de voyage... "Là, ça dérape vraiment", reconnaît l'ex-policier, qui facture alors ses services jusqu'à 300 euros.

Plusieurs mois après, il adopte le pseudonyme "Haurus" et rejoint un autre forum, où de "sous-traitant" il devient "auto-entrepreneur", décrit-il en reprenant les termes de la présidente du tribunal. Il monte lui-même une boutique où il vend ses informations.

"Il y avait une forme de distanciation, dans la journée j'étais le bon flic (…) et le soir j'endossais le rôle d'Haurus".

- "Addiction" -

A la barre, l'ancien engagé volontaire dans la gendarmerie, qui dit avoir été "très marqué par les attentats" de 2015, se présente comme victime d'une forme "d'addiction", incapable de s'arrêter de lui-même.

Mais il refuse que son portrait soit perçu comme celui d'un "ripou de la police nationale". "Les agents de police qui font des recherches à titre personnel, ce n'est pas une légende urbaine", ajoute-t-il.

"Haurus" rappelle également qu'il n'a pas vendu d'informations tirées de la base de renseignement de la DGSI, précisant l'avoir simplement consultée à des fins personnelles pour des "vérifications".

Selon l'accusation, il aurait effectué 382 recherches illégitimes. "Dix requêtes peuvent avoir été faites pour une seule et même recherche", nuance-t-il, estimant à 30.000 euros les gains ainsi réalisés.

Son compagnon, jugé à ses côtés et accusé d'être son complice, avoue sa "honte" et explique avoir qualifié l'attitude de Haurus de "stupide". "J'avais peur de savoir" la vérité, poursuit-il.

Sont également prévenus dans cette affaire deux faussaires du "darknet" et deux de ses clients: un détective privé et un habitué du milieu du grand banditisme marseillais, Christophe N., déjà écroué dans une autre affaire.

Certaines "commandes" de ce dernier sont particulièrement étudiées par la justice, plusieurs hommes ayant été assassinés à Marseille après des recherches d'Haurus à leur sujet.

Ce volet de l'affaire a valu au fonctionnaire de police une autre mise en examen, à Marseille, pour corruption passive et association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes en bande organisée.

Interrogé à ce sujet, "Haurus" rappelle à la barre qu'il n'a pas encore été entendu au fond et ajoute: "A l'époque (...) ce qui se passe à Marseille, ça me passe au-dessus. Les règlements de compte là-bas, on en entend parler tous les jours".

Christophe N., qui conversait au téléphone avec "Haurus" depuis une cellule de prison, assure ne pas connaître les personnes sur qui il lui demandait des renseignements, jurant n'être qu'un intermédiaire.

Interrogé sur un message extrait d'une conversation avec "Haurus" où il envisageait qu'un de ces hommes visés par une recherche puisse être assassiné, Christophe N. promet qu'il s'agissait d'un simple copier-coller et non d'un message écrit de sa main.

Suite des débats mercredi.

Auteur(s): Par Leo MOUREN - Nanterre (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




France-Soir

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-