Procès Natixis: les parties civiles tancent "le monde de l'argent" et réclament plus de 5 millions d'euros

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Procès Natixis: les parties civiles tancent "le monde de l'argent" et réclament plus de 5 millions d'euros

Publié le 06/04/2021 à 18:14 - Mise à jour à 18:26
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

D'un côté, "le monde de l'argent et de l'autre côté, le monde des braves gens" qui pensaient investir dans un placement sûr: les parties civiles ont réclamé mardi plus de 5 millions d'euros à la banque Natixis, l'accusant de communication "trompeuse" lors de la crise des "subprime".

L'audience de mardi dans le procès de Natixis au tribunal correctionnel de Paris était essentiellement consacrée aux plaidoiries des parties civiles.

"Il y a une différence fondamentale entre les parties civiles et Natixis. Natixis s'exprime en milliards d'euros, les parties civiles s'expriment tout simplement en euros", a martelé lors de sa plaidoirie Me Alain Géniteau, qui représente 746 petits porteurs emmenés par l'Adam, l'Association de défense des actionnaires minoritaires.

Entre les demandes de réparation au titre d'un préjudice de "perte de chance" et celles au titre d'un préjudice moral, les différents avocats des parties civiles ont réclamé mardi plus de 5 millions d'euros à Natixis.

L'établissement, filiale du groupe bancaire mutualiste BPCE, est jugé depuis le 29 mars devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir sous-estimé dans sa communication lors de la crise des "subprime" de 2008 son exposition indirecte à celle-ci.

La banque s'était introduite en Bourse fin 2006, au prix d'un peu plus de 19 euros par action, quelques mois avant que n'éclate la crise aux États-Unis, laquelle avait entraîné dans son sillage le reste de la finance mondiale.

Fin 2006, "nos conseillers de Caisse d'Épargne et de Banque Populaire nous ont fait une cour effrénée pour que nous achetions des actions Natixis, l'objectif fixé à nos conseillers était de récolter au total 5 milliards d'euros auprès de braves gens et ils ont réussi", a relaté Me Géniteau, soulignant que "l'action Natixis nous a été présentée comme un substitut au Livret A, aussi sûr et plus rémunérateur".

En novembre 2007, dans un communiqué sur ses résultats du troisième trimestre de l'année, la banque française avait indiqué que les risques portés par la banque sur les "subprime", un type de crédit hypothécaire distribué aux États-Unis, étaient "limités".

La crise coûtera finalement cher à la jeune banque, qui verra son cours s'effondrer, passant de 19,55 euros lors de son introduction en Bourse fin 2006, à moins d'un euro par action en 2009.

Les réquisitions du parquet sont prévues mercredi, avant les plaidoiries de la défense.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le siège de la banque Natixis à Paris, le 28 août 2018

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-