Réouverture des commerces: les mesures sanitaires envisagées

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Réouverture des commerces: les mesures sanitaires envisagées

Publié le 19/11/2020 à 09:33 - Mise à jour à 09:36
© Lionel BONAVENTURE / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Corentin DAUTREPPE - Paris (AFP)

-A +A

Jean Castex a conditionné une réouverture des commerces et rayons de produits dits "non essentiels" à l'adoption d'un "protocole sanitaire renforcé" en cours de négociations avec les professionnels.

Ce protocole, qui vaudrait "pour l'ensemble des commerces et l'ensemble de la grande distribution", doit "être conclu vendredi et opérationnel lundi prochain", rappelait plus tôt cette semaine le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Voici un point sur les mesures qui se dessinent.

Un protocole existant déjà contraignant

Port du masque obligatoire, mise à disposition de gel hydroalcoolique, respect de la distanciation, application d'une "jauge" fixant un nombre maximal de clients en fonction de la surface de vente... "Le protocole mis en place à la sortie du premier confinement était déjà très contraignant", rappelle Yohann Petiot, directeur général de l'Alliance du commerce, une association de fédérations professionnelles notamment dans l'habillement.

"Ce protocole a fait ses preuves, puisqu'il n'y a pas eu de cluster avéré dans les commerces, dont on sait qu'ils ne contribuent pas à la propagation du virus", assure-t-il. Il appelle donc à "repartir de ce socle en faisant attention à ne pas trop renforcer les contraintes", ce qui pourrait freiner le retour des Français dans les magasins.

Une "jauge" qui fait débat

L'élargissement de la jauge d'accueil est sur la table. "Il est question de passer d'une personne pour 4 mètres carrés à une pour 8 mètres carrés de surface de vente", expliquait lundi à l'AFP Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD).

Ce serait "une catastrophe", estimait toutefois mercredi, sous couvert d'anonymat, un patron de grande surface alimentaire dans le magazine spécialisé LSA. "Je ne vois pas comment je vais faire pour les veilles de fêtes avec des journées à plusieurs milliers de clients", expliquait-il. "J'avais prévu une baisse de chiffre d'affaires de 10% en décembre, ce sera beaucoup plus si cette nouvelle jauge passe".

Horaires élargis, circulation fléchée

Autre mesure en discussion: élargir les horaires d'ouverture "pour étaler les flux", selon Jacques Creyssel.

C'est également un argument avancé par les professionnels pour demander à rouvrir un week-end plus tôt qu'attendu, dès le 27 novembre -- le gouvernement devrait trancher en la matière la semaine prochaine.

C'est "la meilleure réponse pour lisser la fréquentation dans les magasins à l'occasion des achats de Noël", abondent la fédération du commerce spécialisée Procos et l'Alliance du commerce. "La possibilité d'ouverture les dimanches de décembre et janvier et l'élargissement des horaires doivent également permettre de répondre à l'enjeu sanitaire", ont-elles détaillé dans un communiqué commun.

La question des flux de circulation à l'intérieur des boutiques est également à l'étude. Il est question de "rendre systématique les sens uniques de circulation", indique Jacques Creyssel.

Achats sur rendez-vous: pas la panacée

L'éventualité de mettre en place des rendez-vous en magasin ne fait pas l'unanimité. "Cela fonctionne bien dans l'optique ou le soin, mais cela ne peut pas fonctionner pour une période comme Noël, dans la plupart des grands commerces", juge Emmanuel Le Roch, délégué général de Procos.

"Ca ne devait pas être une obligation", plaide-t-il, car "cela limiterait en gros le chiffre d'affaires à 30% de ce qu'on ferait habituellement, sachant qu'on ne fera pas 100% du chiffre de l'an dernier cette année".

Auteur(s): Par Corentin DAUTREPPE - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Une commerçante devant sa boutique le 3 novembre 2020 à Lavaur (sud-ouest)

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-