Sages-femmes: journée de mobilisation pour plus de reconnaissance

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Sages-femmes: journée de mobilisation pour plus de reconnaissance

Publié le 24/02/2021 à 18:41 - Mise à jour à 18:42
© Philippe LOPEZ / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

"On vous fait naître, il faut nous reconnaître": une journée de mobilisation a réuni mercredi plusieurs dizaines de sages-femmes dans plusieurs villes de France pour dénoncer le manque de reconnaissance de la profession, et des salaires jugés trop bas.

Les manifestantes ont répondu à l'appel à la grève des deux principales organisations syndicales de la profession (ONSSF et UNSSF) à Bordeaux, Toulouse et Paris notamment, à l'occasion d'une réunion de travail au ministère de la Santé.

"Dans beaucoup de grandes maternités, on a compté 100% de grévistes", a affirmé Caroline Combot, secrétaire générale de l'Organisation nationale syndicale des sages-femmes (ONSSF), même si la majorité ont travaillé puisqu'elles étaient assignées.

A Bordeaux, une cinquantaine de sages-femmes et étudiantes se sont rassemblées en centre-ville, exécutant notamment un flash mob sur la chanson "Mesdames" de Grand Corps Malade. Derrière elles, une grande banderole laissait apparaître "Code Rouge", expression qui désigne le déclenchement d'une césarienne en extrême urgence pour sauver la mère et/ou l'enfant.

"Nous souhaitons être reconnues comme profession médicale par l'administration", explique Marina, sage-femme à la Maison de Santé protestante de Bordeaux-Bagatelle, à Talence. "Après le Ségur de la Santé, où nous n'étions pas représentées, nous avons été augmentées comme des secrétaires médicales, à hauteur de 183 euros."

Pour Sarah, également sage-femme à Talence, le risque de reconversions massives plane sur la profession. "Si seulement 10% le faisaient, le système s'écroulerait", s'inquiète-t-elle. "Il y a un burn-out de la profession", qui se sent "invisible" alors que ses compétences sont larges.

Cette dévalorisation s'exprime également dans le manque de moyens accordés au secteur, selon les syndicats.

Sandrine Bensi, porte-parole du collectif Sages-femmes de Haute-Garonne, demande plus de personnel: "Il est dangereux de laisser une sage-femme suivre toute seule deux, voire trois accouchements en même temps", affirme-t-elle, réclamant "une sage-femme par femme en train d'accoucher". A Toulouse, le rassemblement a réuni une quarantaine de sage-femmes.

Si le métier est peu considéré, c'est parce que "c'est une profession de femmes, pour les femmes", soupire Betty, qui travaille à la maternité publique du Kremlin-Bicêtre, à Paris, où une quinzaine de sages-femmes ont manifesté. "On reste une société patriarcale, donc ça ne fait pas trop parler."

Une mission de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) a été lancée à l'issue de la réunion de travail au ministère de la Santé, mais les échanges ont été jugés "décevants" par l'ONSSF.

Une nouvelle mobilisation est prévue à Paris le 8 mars, pour la journée internationale des droits des femmes, et s'étendra peut-être à d'autres villes, indique le syndicat.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une femme marche devant une banderole à Bordeaux lors d'une journée de mobilisation des sages-femmes, le 24 février 2021.

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-