Sahel: mort d'un soldat de la Légion étrangère blessé au Mali

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Sahel: mort d'un soldat de la Légion étrangère blessé au Mali

Publié le 02/05/2020 à 07:27 - Mise à jour à 10:12
© - / SIRPA TERRE/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Un légionnaire de la force française Barkhane blessé le 23 avril au Mali lors d'une opération contre des jihadistes est décédé des suites de ses blessures vendredi à l'hôpital militaire de Clamart près de Paris, a annoncé samedi la présidence de la République française.

Le brigadier Dmytro Martynyouk avait été blessé par l’explosion d'un engin explosif improvisé, a précisé le président Emmanuel Macron dans un communiqué, en saluant "le courage des militaires français engagés au Sahel".

Dans un communiqué distinct, l'état-major des armées a précisé que le 23 avril, "un camion-citerne de la force Barkhane" avait été atteint par un engin explosif improvisé dans le Liptako - soit dans la zone particulièrement instable dite des "trois frontières" (Mali, Niger, Burkina Faso) - blessant "le conducteur et le chef de bord du véhicule".

Les deux militaires avaient été évacués vers la France le 24 avril pour y être soignés. Le brigadier Dmytro Martynyouk est décédé le 1er mai à l'hôpital militaire de Percy à Clamart (Hauts-de-Seine), tandis que "l'état de son camarade est stable, et son pronostic vital n'est pas engagé", selon l'état-major.

Ce décès porte à 42 le nombre de militaires français tués au Sahel depuis le début de l'intervention française en 2013, avec l'opération Serval, selon un comptage effectué à partir de chiffres publiés par l'état-major.

Né à Volotchysk en Ukraine, le brigadier Dmytro Martynyouk, qui était âgé de 29 ans, a accompli toute sa carrière au 1er régiment étranger de cavalerie de Carpiagne au sud de Marseille, a précisé l'Armée de terre.

Il s’était engagé en septembre 2015 dans la Légion étrangère où il a successivement servi comme pilote, chargeur d'obus puis tireur sur véhicule blindé. Après une mission à Djibouti en 2017, il avait été déployé comme chef de bord de véhicule blindé léger au Mali où il servait aussi comme conducteur de poids-lourds.

Il était célibataire et sans enfant.

Ces dernières semaines, l'armée française a multiplié les offensives dans cette région du Sahel, y revendiquant la "neutralisation" de plusieurs dizaines de jihadistes au total depuis le début de l'année.

Les effectifs de Barkhane sont récemment passés de 4.500 à 5.100 militaires. Paris espère que ce renfort permettra d'inverser le rapport de forces sur le terrain, où les groupes jihadistes ont multiplié les attaques ces derniers mois.

Emmanuel Macron a "salué la détermination (des militaires français) à poursuivre leur mission qui permet de porter des coups sévères à l’ennemi, aux côtés de leurs frères d’armes sahéliens.

La ministre des Armées Florence Parly s’est inclinée "devant l'engagement (du brigadier Martynyouk,) qui incarne la force de la Légion étrangère". "La France est reconnaissante envers ceux qui l’ont choisie, envers ceux qui donnent leur vie pour elle", a-t-elle souligné dans un communiqué.

Les violences jihadistes - souvent entremêlées à des conflits intercommunautaires -, ont fait 4.000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso en 2019, cinq fois plus qu'en 2016, selon l'ONU, malgré la présence de forces africaines, onusiennes et internationales.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Photo diffusée le 2 mai 2020 par le Service d'information et de relations publiques de l'Armée française (SIRPA) du légionnaire brigadier Dmytro Martynyouk blessé en avril 20202 au

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-