Saint-Denis: évacuation d'un important campement de migrants au pied du Stade de France

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Saint-Denis: évacuation d'un important campement de migrants au pied du Stade de France

Publié le 17/11/2020 à 07:18 - Mise à jour à 08:22
© Christophe ARCHAMBAULT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Saint-Denis

-A +A

Les forces de l'ordre ont entamé mardi matin l'évacuation du vaste campement de migrants situé sous une bretelle d'autoroute au pied du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), où plus de 2.000 personnes s'étaient progressivement installées depuis août, a constaté une journaliste de l'AFP.

Encadrée par un important dispositif policier, l'opération d'évacuation et de mise à l'abri des exilés vers différents centres d'accueil et gymnases d'Ile-de-France a débuté vers 7H00. Des migrants s'acheminaient dans le calme vers des bus, dans une opération conjointe de la préfecture de police de Paris, de la préfecture de la région Ile-de-France et de Seine-Saint-Denis.

Selon le décompte de l'association France terre d'asile, opératrice de l'Etat, environ 2.400 exilés vivaient la veille encore dans ce camp qui n'a cessé grossir depuis août en dessous de l'autoroute A1. Des feux de palettes étaient visibles depuis le cordon de sécurité mis en place par les forces de l'ordre.

"Ces camps ne sont pas acceptables" a déclaré à la presse le préfet de police de Paris, Didier Lallement. "Cette opération a lieu pour faire en sorte que les personnes en situation régulière soient mises à l'abri et celles en situation irrégulière n'ont pas vocation à rester sur le territoire", a expliqué le préfet.

Dans un tweet, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a salué cette opération.

"C'est vraiment le pire campement qu'on ait vu depuis plusieurs années", explique Alix Geoffroy, chargée de programme CEDRE-Secours catholique, se demandant si le prochain ne sera pas "encore plus éloigné de Paris, loin en banlieue, et plus difficile".

Près du canal de Saint-Denis de nombreuses personnes attendaient d'être prises en charge par des bus, a constaté l'AFP. Toutes seront dans un premier temps l'objet d'un test au Covid-19 dans des centres de dépistage mis en place par l'ARS, avant d'être soit isolées dans un premier temps, en cas de résultat positif, soit immédiatement mises à l'abri.

En tout, 70 bus devaient acheminer les migrants alors que 26 centres d'hébergement ont été mis en place par la Préfecture de région d'Ile de France (Prif) pour les accueillir.

Le campement insalubre, où plusieurs centaines de tentes étaient installées, est majoritairement constitué d'hommes seuls, essentiellement originaires d'Afghanistan, mais également du Soudan, d’Éthiopie et de Somalie. Beaucoup, majoritairement des demandeurs d'asile, sont auparavant passés par d'autres campements en périphérie de Paris, successivement démantelés, mais qui se recréent un peu plus loin, en banlieue nord.

Une trentaine d'associations et collectifs (Cimade, Secours catholique, Solidarité Migrants Wilson…) dénoncent "un cycle sans fin et destructeur".

"Depuis cinq ans, les évacuations se sont répétées, malgré les dysfonctionnements du système d'hébergement qui les accompagne (...). Aujourd'hui, les autorités continuent d'organiser ces opérations alors que les 65 précédentes ont prouvé qu'elles étaient inefficaces, et que leur seul effet était de disperser les personnes", ont écrit les associations dans un communiqué.

Auteur(s): Par AFP - Saint-Denis


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des migrants attendent de monter dans les bus qui vont les acheminer vers des centres d'hébergement, le 17 novembre 2020 à Saint-Denis

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-